AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez
 

 ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alphédor Percereth
Alphédor Percereth
CHEVALIER DE WARMINSTER
∞ Profession : Chevalier et seigneur de Warminster
∞ Printemps : 23 ans
∞ Missives : 353
∞ Début de la quête : 04/08/2012

ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » Empty
MessageSujet: ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien »   ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » EmptySam 4 Aoû - 20:36


❝ alphédor renly percereth


nom complet Alphédor Renly Percereth, pour vous servir. J'appartiens à la noble famille des Percreth, ancienne famille d'Orcanie. Nous sommes pensés pour être aimables, assez libertins. Souvent méprisés, il ne faut pas nous sous-estimer. Le blason de la colombe noir nous le dit bien. âge 23 ans, je suis entre mon frère aîné Aidan, et ma soeur cadette Adelosa. origines Notre famille a toujours vécu sur l'île de Lyness, au nord de l'Orcanie. religion Officiellement, je suis un chrétien dans l'âme. Officieusement,... Les traditions avalonniennes me conviennent mieux je crois. métier Je suis noble de Warminster, où nous nous sommes installés depuis une dizaine d'années. J'ai également été fait chevalier. groupe Les partisants de Torreth Leodelant.

caractère du personnage
Ce que j'aime dans la vie? La première réponse qui me vient à l'esprit est Adelosa. Ma chère soeur. Ma tendre amie. Notre lien unique porte bien de noms, mais tous ont la même idée. Nous sommes inséparables. Nous sommes plutôt différents, elle et moi. Je suis possessif, jaloux, alors qu'elle semble plus libre, moins emprise de moi que je ne le suis d'elle. Est-ce le cas? Je suis assez intrépide, presque téméraire parfois. Il n'y a en revanche pas plus loyal et dévoué que moi, lorsque je suis à une cause juste. Je sais reconnaître mes amis, mes ennemis. J'ai plutôt tendance à être méfiant vers les gens que je ne connais pas. Ceux qui me connaissent disent aussi que je suis plutôt égocentrique, un peu introverti. Si je l'étais vraiment, me comporterais-je ainsi? Oui, c'est vrai, j'aime parler de moi. Mais je sais m'effacer lorsque c'est vraiment important. J'ai un fort caractère et je ne me laisse pas marcher sur les pieds pour autant. Je ne considère rien comme acquis, et je suis persévérant pour obtenir ce que je souhaite.

vues politiques
Fidèle aux convictions de ma famille, je fais partie des personnes supportant Torreth Leodelant. Enfin, je ne vois même pas pourquoi on parle de support. Il est l'héritier légitime, le plus compétent pour accéder au trône. Il ressemble beaucoup à feu notre roi, il n'y a pas de raison pour ne pas le soutenir. Je crois qu'il devrait monter sur le trône, il a la carrure. Les autres ne sont qu'imposteurs. C'est à peine s'ils méritent le nom de "prétendants". Un prétendant a une chance de gagner. S'il reste une once de bon sens à tous, ils sauront qui mettre sur le trône le moment venu.

les dragons, une légende ?
Enfin, mes opinions politiques me permettent de ne pas avoir à croire à ses superstitions terribles. Je ne suis pas tellement homme de foi. Je crois à ce que je vois, à ce que je sens, à ce que je touche. Les dragons n'en font pas partie, pour l'instant du moins. Je n'ai aucune raison de les craindre, encore moins de changer mes actions en fonction d'eux. Je suis fidèle au seul seigneur d'Orcanie. Si les dragons sont réellement en faveur du vrai héritier, de quoi pourrais-je bien avoir peur, dites-moi?


Dernière édition par Alphédor R. Percereth le Dim 5 Aoû - 14:44, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alphédor Percereth
Alphédor Percereth
CHEVALIER DE WARMINSTER
∞ Profession : Chevalier et seigneur de Warminster
∞ Printemps : 23 ans
∞ Missives : 353
∞ Début de la quête : 04/08/2012

ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » Empty
MessageSujet: Re: ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien »   ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » EmptySam 4 Aoû - 20:41

chapitre premier: fais tomber les barrières entre nous, nous qui sommes tous des frères. La lumière terne du jour à peine levé filtrait déjà à travers les vitraux de l'église. Adelosa, Aidan priaient comme nous faisions souvent. Nous prions comme toujours pour la prospérité de notre nom, la sagesse de nos actions. Je ne suis pas un religieux, et même si je me plie volontiers aux prières et incantations, celle ci ne me rappelle que trop celle que nous avions vécu, lorsque mère était morte, et tous celles que nous avions eues après.

✦ ✦

« Mon frère... » La main fraîche et douce d'Adelosa vint se glisser dans la mienne. Nous avions toujours été proches, inséparables même, ce contact ne semblait que naturel. « Qu'y a-t-il ma soeur? » J'ouvris les yeux pour la regarder en coin. Nous étions assis dans l'église, priant pour les défunts, y compris ma mère. Notre mère. Adelosa était venue au monde en causant sa perte. Mais je ne lui en voulais pas. Elle sembla hésiter, peut-être trouver les mots pour s'exprimer. Je n'eus pas à l'entendre pour comprendre de quoi elle parlait. Je lui pressais la main. « Père ne le pensait pas, j'en suis certain. » Je me tournai ensuite vers mon père. « Le chagrin le ronge, mais pourtant, il ne le montre pas. Il est trop fier pour ça. » Elle hocha la tête, sembla soulagée, mais elle reprit néanmoins la parole, me chuchotant avec la plus caressante des voix. « Mais, c'est quand même vrai, non? Si je n'étais pas née, mère serait toujours là, avec nous. » Je ne pouvais pas lui mentir, pas à elle. Mais si elle en était la cause, elle ne pouvait néanmoins pas s'en vouloir. Certains n'hésitaient pas à dire que même si ce n'était pas de sa faute, elle était venue au monde lorsque Dieu l'avait décidé. Et ainsi, venant au monde dans le sang et la douleur, elle était maudite. Encore une fois, je n'y croyais pas. Mais elle était plus jeune que moi, plus sensible, et elle voulait bien faire. Je n'avais pas encore ma dizaine, mais je devais me mettre à sa place. Comprendre ce que cela faisait. Elle n'était plus une enfant, elle ne le serait jamais. Elle devait grandir, et arriver à maturité très vite si elle ne voulait pas que l'on décide de sa vie pour elle. Toutes ses pensées me chamboulèrent un instant, et me suffirent à revenir dans le présent.

✦ ✦

« Fais tomber, Ô seigneur, les barrières entre nous, nous qui sommes tous des frères, tous des égaux. » La voix d'Aidan fouettait l'air, implacable, impeccable. A la mort de père, tout avait changé. Nous avions été dépaysés, déracinés. J'étais depuis rongé par la culpabilité de ne pas avoir été là pour lui, d'avoir failli à mon devoir de fils. Il nous laissait avec tout ce qu'il possédait, et pourtant, rien ne suffisait à combler le trou de son absence. Ce jour-là, alors que nous priions, je savais qu'un autre devoir m'attendait, celui de rendre visite à la tombe de mon père. Je ne l'avais pas fait depuis mon retour hier. J'avais quelque peu disparu après l'annonce de sa mort, honteux, triste, souffrant. La seule chose qui m'avait donné le courage de revenir était Adelosa. Je savais qu'elle comptait sur moi, je ne pouvais pas la décevoir. Alors que les portes de l'église massive se fermaient, troublant la paix du lieu, Aidan interrompit sa prière. Ma fratrie se retourna, m’accueillant. Un sourire dessina de belles fossettes sur les joues d'Adelosa qui se précipita vers moi, tandis qu'Aidan, plus en retenue, m'observait avec un regard glacial. « Mon frère! » dit-elle en se jetant dans mes bras. Je l’accueillais avec plaisir, humant son parfum qui me faisait chavirer le coeur, sentant ses boucles blondes tomber sur mes bras. Je la reposais au sol, caressant doucement sa joue, avant de serrer une main cordiale. « Mon frère. » fit-il avec un air faussement amical. Je hochais la tête. Adelosa reprit la parole. « Voudriez-vous vous joindre à nous pour prier? » Je détournais le regard vers l'autel où ils étaient agenouillés. Je regardais à nouveau Adelosa. « Ma tendre amie, rien ne me ferait plus plaisir, mais d'autres devoirs m'appellent pour l'instant. Priez donc, priez. Je vous retrouverai lorsque j'aurai fini. » Aidan ne sembla pas mécontent de la tournure de la situation et tourna les talons. Adelosa me fixa de son oeil intense, et je hochais la tête, la poussant gentiment vers notre frère. La laissant repartir à sa prière, je finis par faire marche arrière et je sortis de l'église, me rendant jusqu'au caveau familial. A Warminster, il n'y avait qu'une tombe pour l'instant, celle de notre père. Ci-gît Bran Percereth, père aimé, et seigneur respecté. Voir la pierre tombale me fit réaliser que rien de tout cela n'était un rêve. Elle rendait tout soudainement plus.. réel. Et plus douloureux, beaucoup plus douloureux. Je m'agenouillais près de la tombe, chassant les insectes qui y grimpaient, repoussant l'herbe qui poussait par dessus. « Père. Veuillez me pardonner. Je vous ai failli, vous et toute la famille Percereth. J'aurais du être à votre chevet. » J'aurais du faire plus attention aux conseils déguisés qu'il donnait souvent, sous forme d'énigme. Une profonde envie de faire la justice m'envahit. Je mettrai l’héritier légitime sur le trône. Les opposants à Torreth n'auraient qu'à bien se tenir. Comme pour confirmer ce serment silencieux, je posais de la terre sur le haut de la pierre tombale. « Je ne vous décevrai plus, Père. »

chapitre second: et la lumière des étoiles était dans ses cheveux. Un nouveau jour se levait sur Warminster. J'étais déjà debout, et une agitation régnait déjà dans notre nouvelle demeure. Je m'étais endormi en tenant Adelosa dans mes bras, mais elle dormait encore à mon réveil, je m'étais donc éclipsé sans faire de bruit. J'avais passé plusieurs minutes à l'observer, étendue là, comme une poupée de porcelaine, paisible, le souffle régulier. Elle était si belle, si pure. Le soleil éclairait ses mèches blondes, renvoyant un halo doré irréel autour d'elle. Parfois, je me sentais béni rien que de l'avoir pour soeur. Elle était un bijou, un matériau à l'état brut que l'on a aucune envie de dompter. J'avais déposé un baiser sur son front, puis j'étais sorti, bien décidé à lui rapporter des fruits pour lorsqu'elle se réveillerait. Nos attentions particulières soulevaient des questions, de plus en plus. Adelosa m'avait un jour dit que nous devions être prudents, mais je n'en avais pas envie. Je l'écoutais, parce qu'elle était tout pour moi, mais j'avais simplement envie de pouvoir lui montrer ces affections en public. Je détestais l'idée de porter un masque, même si c'était parfois nécessaire. M'aventurant hors de la chambre à coucher, je me glissais dans les couloirs. En sortant, des bruits d'acier m'alertèrent, et je m'en approchais d'un pas feutré. Dans la cour, des mannequins d'entraînement étaient disposés. Malgré l'heure plutôt matinale, mon frère Aidan était là, parfaisant ses mouvements d'épéiste. Il était bon, mon frère. Il avait souvent été un modèle d'inspiration pour moi, comme un grand frère doit l'être. Il représentait quelqu'un que je ne pouvais pas être, et le regarder devenir cette personne faisait mal parfois. Nous n'étions pas très proches, surtout depuis qu'il avait décidé de marier Adelosa. Bon sang, pourquoi cette décision? Il sait ce qui se passe entre nous. Fait-il ceci par pur dédain, par pure jalousie? Aidan reprit son entraînement en abattant son épée sur le mannequin inoffensif. M'approchant en silence, je croisais les bras et m'appuyais contre le mur. « Est-il mort à présent? » Aidan se retourna, à peine haletant. Son regard était distant. « Notre soeur est-elle déjà réveillée? » La pique clairement lancée ne m'atteignit pas, ou du moins le feignis-je. Je me raclais la gorge, faisant un signe de négation. « Non. Peut-être devrais-je lui transmettre un message à son réveil, mon frère? » Un sourire glacial bougea ses traits. Il s'approcha de moi, et me donna une frappe faussement fraternelle. « Rien que je ne puisse lui dire moi-même. » Il se détourna alors que la colère montait en moi. Sans plus réfléchir, je bondis en avant et attrapais une épée posée sur la table de bois. Je la dégainais, le stoppant dans son mouvement. « Pourquoi ne pas voir si votre entraînement porte ses fruits, cher frère? Contre un adversaire autrement qu'inanimé, j'entends. » Le défi sembla lui plaire, non pas que je n'en ai cure. Il se saisit d'une épée en acier lui aussi puis se tourna vers moi, en garde. « Pensez-vous que ceci soit nécessaire? » Je hochais la tête, me déplaçant latéralement. Il piqua vers moi, mais j'esquivais, et l'acier s'entrechoqua. « Ne vous en faites pas, je prendrai garde de ne pas vous blesser. » Je souris en le sentant se raidir. Il se fendit, et j'évitais le coup difficilement cette fois, un peu surpris. Cela n'avait rien d'un entraînement. C'était un combat. Un combat différent de ceux qui nous avions avec les mots. Je lui en voulais d'être aussi présomptueux concernant Adelosa, je lui en voulais de vouloir la marier. Je bondis vers lui, cherchant son flanc de la pointe de mon épée, mais il esquiva, bloqua la lame, et me donna un coup de coude. Je reculais en titubant, un peu sonné par le coup. Essoufflé, je contournais une poutre. Il attaqua, comme je l'avais prévu, mais son épée se planta dans le bois, j'en profitais pour balayer l'espace de grands coups circulaires, le forçant à reculer. Reprenant ses appuis, il se mit à rire. « Vous avez le diable au corps, mon frère! Pourquoi donc? Cela a-t-il quelque chose à voir avec la mort de notre père? » Il roula sur le côté, évitant mon coup. Il roula puis récupéra son épée. « Le fait qu'il soit mort sans vous,sans même vous réclamer? » Cette fois, je n'ignorais pas sa remarque, et j'abattis mon épée, qui ne fendit que l'air. Il me faisait perdre mes moyens, il le savait. Au fond, il avait déjà gagné. « Ou bien y a-t-il un rapport avec les fiançailles d'Adelosa? » Cette fois, c'en était trop. Je fis un bond vers lui, mais ma rage me rendait négligeant, et il ne lui fut pas difficile de me désarmer. Mon arme tomba sur le sol dans un fracas interminable. Aidan balança son épée, m'entaillant au dessus du genou. Je tombais à terre, reprenant mon souffle. Je levais les yeux vers lui, qui déjà s'était détourné, comme si j'étais sans importance aucune. « Vous savez très bien ce qui lui arrivera si vous la marier. Il n'y a aucune chance qu'elle soit heureuse avec son futur.. époux. » Je buttais sur le mot quand bien même j'y étais habitué. « C'est d'Adelosa que nous parlons, Aidan. Ce n'est pas une fille à vendre au premier venu. Elle mérite mieux. » Aidan se tourna vers moi, reposant l'épée. « Que devrais-je faire d'après vous? Elle ne peut pas rester célibataire toute sa vie. Et je ne vais pas la laisser continuer vos petites affaires. » Il s'approcha, m'attrapant au col pour me relever. « Cela doit cesser, maintenant. Vous m'entendez? » Je n'étais pas prêt de la laisser partir. Si je ne pouvais pas l'avoir, personne ne le pouvait. Personne ne le devait. Je restais silencieux, refusant de lui donner raison. Je ne le laisserai pas l'emmener loin de moi, hors de question. Il me lâcha, soupirant. « Elle sera mariée, que vous le souhaitez ou non. » Je m'époussetais, refusant de lui laisser ce loisir. Toujours la même conversation, qui finissait toujours de la même façon. Le souffle court par la colère qui faisait battre mon coeur, je lui lançais. « Cette conversation n'est pas terminée, frère. » Je crus entendre un soupir, puis il reprit, sans même m'accorder un regard à part un en coin. « Maintenant, si vous avez fini avec de telles absurdités, je suis occupé. » Sans plus attendre, je m'éclipsais. La ballade pour cueillir des fruits fut moins relaxante que je l'imaginais, et c'est tendu que je revenais dans la chambre d'Adel. Mais lorsque je la vis réveillée, regardant par la fenêtre et qu'elle se tourna vers moi tout sourire, toute l'angoisse et la colère s'estompa un moment, laissant place à autre chose. Elle s'avança vers moi, je la pris dans mes bras. « Alphédor, j'ai cru que vous m'aviez abandonnée. » Je la serrais contre moi. « Jamais Adelosa. Jamais. »

chapitre troisième: mon désir mon obsession, désir fou qui me tourmente.La température était fraîche, mais le soleil brillait. J'avais emmené Adelosa avec moi dans les jardins, profiter du matin et de l'air frais qu'il apportait. Je la tenais à mon bras, lui faisant parcourir les allées garnies de fleurs de toutes les couleurs, et de fruits tous plus mûrs les uns que les autres. Malgré le temps rayonnant, mes pensées étaient obscurcies, sans cesse, par le mariage prochain de ma soeur. Elle serait donnée à un vieux lord quelconque, et lui, il aurait le droit de disposer d'elle comme il le souhaiterait. Adelosa n'était plus une enfant, mais elle était si innocente, à la voir agir comme ceci que j'en avais peur pour son futur. Son mariage constituerait une désillusion que je ne pourrai pas empêcher. Elle serait malheureuse, reliée à jamais à un homme qu'elle détesterait. Et je lui aurai failli, comme j'avais failli à père. Elle me pressa le bras, me sentant distrait. « Tout va bien, mon frère? Vous semblez distrait. » Je ne pouvais pas lui garder des secrets, je lui disais absolument tout. « Vos fiançailles me donnent matière aux nuits blanches, je crains. » Elle détourna le regard, gardant le silence. Elle finit par lâcher mon bras, attirée par un papillon se reposant calmement sur une fleur au rouge passion. Je m'avançais derrière elle, l'observant à distance. Ses cheveux tressés, fins, soyeux, brillaient de milles feux au soleil. Son parfum, ce parfum si doux et si interdit me frappa de plein fouet et un frisson me parcourut. La courbure de sa nuque, le tissu de sa robe, sa peau si blanche, si blanche... ! Se rendait-elle simplement compte de l'effet qu'elle me faisait. Elle m'appela et je me rapprochais, m'accroupissant à ses côtés, un peu en retrait. Je nichais mon menton dans le creux de sa nuque, soufflant doucement sur sa peau. Me sentant arriver, elle tourna la tête et déposa un baiser sur ma joue. En un seul mouvement, je l'avais attrapée par la taille et je l'avais soulevée du sol, la logeant dans mes bras. Son rire m'envahit d'un bonheur indescriptible et je la portais jusqu'au pommier, avant de sous ses ordres, la reposer à terre. Elle inspecta les branches, puis me transperça, d'un seul regard. « Vous disiez, mon frère, que jamais nous ne serions séparés, lorsque nous étions petits. » Elle contourna l'arbre avec agilité, se dérobant à mon regard. Je la suivis, attiré par le seul son de sa voix. « Le pensez-vous toujours? » Je l'aperçus, et accélérai, pour espérer revoir son image brillante. Lorsque je trouvais la force de lui répondre, elle avait disparu. « Plus que jamais, mon amour. » La prudence ne m'avait jamais été aussi étrangère. Je n'en avais que faire des dires, des rumeurs. Laissons les gens parler. Ce qui m'importait, c'était elle. Elle et personne d'autre. Des mains douces virent recouvrir mes yeux. « Vraiment? » Souriant, je posais mes mains sur les siennes, puis je me tournais vers elle. Je passais une main sur son visage si fragile, une main infiniment tendre et lente, pour ne pas la casser. J'approchais nos deux visages, et je collais nos deux fronts. « Maintenant et à jamais, mon amour. » Même les yeux fermés, je pouvais la voir sourire. Ce sourire angélique qui m'ensorcelait. Je rouvris les yeux, et attrapais une pomme sur l'arbre. Je la portais à mes lèvres pour en croquer un morceau, avant de porter le fruit aux siennes. Elle croqua, maintenant ce contact visuel avec moi. Le jus du fruit coula un peu le long de sa bouche. Je passais un doigt au coin de ses lèvres, écartant le jus.Et puis, ensuite j'y approchais mes lèvres, goûtant au liquide sucré de la pomme, puis au ton mielleux de ses lèvres entrouvertes. Je l'embrassais ensuite, sans presque m'en rendre compte. La faisant reculer, elle s'arrêta lorsque son dos heurta le tronc de l'arbre. Je descellai nos lèvres, le souffle court, déposant un baiser sur sa joue, dans son cou. Ma main descendit, le long de sa nuque, jusque sur son cou, le long de sa poitrine, de son ventre. Je la soulevai de terre, faisant ensuite glisser ma main la long de sa cuisse, remontant doucement jusqu'à ce qu'elle me stoppe ne posant son bras sur le mien. Elle n'avait pas besoin d'en dire plus. Je savais. Elle devait rester intacte, jusqu'au mariage. Je n'avais pas le droit de la toucher. Et cela me rendait fou. Lentement, je la reposais sur le sol, plongeant mon regard dans le sien. Elle passa une main sur mon visage. Ma main à moi alla se flanquer contre l'écorce, dans un geste frustré et désespéré. Son contact me calma, et elle prit ma main. Et nous reprenions notre visite comme si rien ne s'était passé.

"behind the helm and the armor":
 


Dernière édition par Alphédor R. Percereth le Dim 5 Aoû - 14:32, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le souffle d'Orcanie
Le souffle d'Orcanie
ANCIENNE ADELOSA
∞ Missives : 511
∞ Début de la quête : 17/05/2012

ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » Empty
MessageSujet: Re: ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien »   ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » EmptySam 4 Aoû - 20:49

BIENVENUE BIENVENUE BIENVENUE MON CHÉRI D'AMOUR QUE J'AIME À LA FOLIE ! ! ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » 456023687
Spoiler:
 
Il ne manque plus que nos neveux pour que toute la petite famille soit réunie !
ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » 3920004554
Si tu as la moindre question n'hésite pas ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » 2896134664

Revenir en haut Aller en bas
http://thecoldkingdoms.forumgratuit.fr
Alphédor Percereth
Alphédor Percereth
CHEVALIER DE WARMINSTER
∞ Profession : Chevalier et seigneur de Warminster
∞ Printemps : 23 ans
∞ Missives : 353
∞ Début de la quête : 04/08/2012

ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » Empty
MessageSujet: Re: ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien »   ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » EmptySam 4 Aoû - 21:23

Merci merci ma soeur ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » 412401464 ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » 1828999080
Vive notre famille! ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » 1979272572
Merci, je n'hésiterai pas (aa)
Revenir en haut Aller en bas
Le souffle d'Orcanie
Le souffle d'Orcanie
ANCIENNE ADELOSA
∞ Missives : 511
∞ Début de la quête : 17/05/2012

ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » Empty
MessageSujet: Re: ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien »   ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » EmptySam 4 Aoû - 23:16

TA SIGNATURE ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » 3248043156
Les titres de tes chapitres promettent ! ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » 3209671710
Revenir en haut Aller en bas
http://thecoldkingdoms.forumgratuit.fr
Alphédor Percereth
Alphédor Percereth
CHEVALIER DE WARMINSTER
∞ Profession : Chevalier et seigneur de Warminster
∞ Printemps : 23 ans
∞ Missives : 353
∞ Début de la quête : 04/08/2012

ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » Empty
MessageSujet: Re: ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien »   ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » EmptyDim 5 Aoû - 9:17

Haha, et la tienne!

Merci, chapitre I écrit! dis moi ce que tu en penses ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » 324581347
Revenir en haut Aller en bas
Le souffle d'Orcanie
Le souffle d'Orcanie
ANCIENNE ADELOSA
∞ Missives : 511
∞ Début de la quête : 17/05/2012

ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » Empty
MessageSujet: Re: ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien »   ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » EmptyDim 5 Aoû - 11:17

Alphédor laisse Adelosa seule avec Aidan ?! Il doit vraiment se sentir mal pour ne pas avoir envie de les séparer ! Pauvre chou ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » 3209671710
"Ci-gît NOM PRENOM" ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » 1881463262
Ton premier chapitre me plait I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://thecoldkingdoms.forumgratuit.fr
Alphédor Percereth
Alphédor Percereth
CHEVALIER DE WARMINSTER
∞ Profession : Chevalier et seigneur de Warminster
∞ Printemps : 23 ans
∞ Missives : 353
∞ Début de la quête : 04/08/2012

ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » Empty
MessageSujet: Re: ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien »   ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » EmptyDim 5 Aoû - 14:43

Fiche terminée ;)
Revenir en haut Aller en bas
Le souffle d'Orcanie
Le souffle d'Orcanie
ANCIENNE ADELOSA
∞ Missives : 511
∞ Début de la quête : 17/05/2012

ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » Empty
MessageSujet: Re: ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien »   ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » EmptyDim 5 Aoû - 14:46

Mon très cher frère, il est temps pour toi d'être validé ! ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » 388342071
Revenir en haut Aller en bas
http://thecoldkingdoms.forumgratuit.fr
Alphédor Percereth
Alphédor Percereth
CHEVALIER DE WARMINSTER
∞ Profession : Chevalier et seigneur de Warminster
∞ Printemps : 23 ans
∞ Missives : 353
∞ Début de la quête : 04/08/2012

ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » Empty
MessageSujet: Re: ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien »   ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » EmptyDim 5 Aoû - 14:49

Merci merci merci merci ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » 324581347 ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » 1828999080
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » Empty
MessageSujet: Re: ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien »   ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » EmptyDim 5 Aoû - 17:20

WELCOOOOME BROOOO ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » 1828999080
Revenir en haut Aller en bas
Alphédor Percereth
Alphédor Percereth
CHEVALIER DE WARMINSTER
∞ Profession : Chevalier et seigneur de Warminster
∞ Printemps : 23 ans
∞ Missives : 353
∞ Début de la quête : 04/08/2012

ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » Empty
MessageSujet: Re: ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien »   ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » EmptyDim 5 Aoû - 17:21

Merci frérot I love you
Revenir en haut Aller en bas
Mórríghan de Vannes
Mórríghan de Vannes
PRINCESSE DE VANNES
∞ Printemps : 19
∞ Missives : 34
∞ Début de la quête : 01/08/2012

ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » Empty
MessageSujet: Re: ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien »   ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » EmptyDim 5 Aoû - 19:22

Bienvenue Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Alphédor Percereth
Alphédor Percereth
CHEVALIER DE WARMINSTER
∞ Profession : Chevalier et seigneur de Warminster
∞ Printemps : 23 ans
∞ Missives : 353
∞ Début de la quête : 04/08/2012

ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » Empty
MessageSujet: Re: ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien »   ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » EmptyDim 5 Aoû - 21:49

Merci princesse ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » 4226327723
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » Empty
MessageSujet: Re: ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien »   ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien » Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

ALPHEDOR « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il y avait de la lumière du coup je suis rentré...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KINGS OF ORKNEY :: Génèse :: Un étranger approche :: Bienvenue en Orcanie-