AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez
 

 THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alphédor Percereth
Alphédor Percereth
CHEVALIER DE WARMINSTER
∞ Profession : Chevalier et seigneur de Warminster
∞ Printemps : 23 ans
∞ Missives : 353
∞ Début de la quête : 04/08/2012

THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise Empty
MessageSujet: THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise   THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise EmptyDim 5 Aoû - 20:46

THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise 302312tumblrm7jpry0LBh1qib0lto1500
Un jour particulier qui s'était levé sur Warminster. Ce jour apportait comme chacun précédemment son lot de mauvaises nouvelles. Tôt dans la journée, on m'avait fait savoir qu'aujourd'hui était un grand jour pour Adelosa. Aidan avait décidé de la marier, ce n'était pas une grande nouvelle, mais il avait choisi cette journée pour être celle où on lui présenterait des prétendants. Et évidemment, comble de l'ironie, il désirait la présence d'Adelosa et de moi-même. Bien entendu, la décision de marier la jeune femme lui appartenait entièrement, il en avait le pouvoir. Et il adorait me le rappeler. Certes, j'avais tendance à le pousser de côté et peut-être était-ce ce qu'il me faisait payer là d'une certaine façon. Mais il m'avait prouvé en annonçant la marier que mes soupçons étaient fondés, et que personne d'autre que moi ne pouvait la protéger. Je devais être là pour elle, à jamais. Je ne voyais pas comment occuper ma vie autrement. C'était mon devoir, c'était la raison de mon coeur qui battait, c'était tout ça, et bien plus encore.

La journée était passée comme au ralenti. On avait vu défiler de nombreuses gens à Warminster, chacun plus ou moins noble, venant pour affaire, ou simplement des prétendants. Ainsi l'exposition pouvait commencer. Adelosa serait observée tel un animal en cage, un présent, qui peut être échangé en échange d'une alliance, d'une promesse. Elle allait être jaugée, observée, mais toutes les intentions aussi perverses soient-elles seraient masquées par des mots de courtoisie, de bienséance. Moi plus que personne pouvait savoir ce que l'on pensait en observant une telle créature. Mais eux pourraient le penser avec droit. J'avais passé la journée à errer dans le château. J'avais tenté de trouver Adelosa, mais elle m'était inaccessible, comme si on me sevrait déjà à son absence. J'étais irrité, en colère et agacé, un cocktail qui ne fit que s'aggraver une fois l'heure de quatre heure passée. Par impuissance face à la situation, je m'étais rendu au village, et j'y avais bu, suffisamment pour me sentir un peu mieux, mais pas assez pour oublier ce qui allait se passer. Je voulais garder contrôle de mes actes. La dernière chose que je désirais était de faire honte à moi, à Adel et au nom de la famille. Certains seraient allés prier, d'autres auraient préféré méditer. Moi, je passais par l'alcool, qui avait souvent eu raison de mes problèmes. Mais ce n'était en général pas une solution, simplement.. un temps mort.

D'un pas mal assuré, fatigué et las, je me rendais jusqu'à nos appartements. Au dehors déjà, dans le couloir chargé de meubles anciens et de peintures, se tenait une ligne de prétendants. Du géant au nain, du jouvenceau à l'homme mûr, il en passait par tous les âges, toutes les formes, toutes les couleurs. Ils devaient être 5 ou 7, pas plus. Tentant de les oublier momentanément, je me faufilais jusqu'à l'entrée de nos chambres. Je passais d'abord par la chambre d'Adelosa, en espérant la trouver. Sans frapper, j'entrais, causant un sursaut de la part de ses femmes. Je la vis, rayonnante comme une fleur au soleil, et pendant un instant, mes craintes s'estompèrent. Puis un bruit me ramena à la réalité. « Laissez-nous. » Ma voix fouetta l'air, implacable. Personne ne me priverait de l'un des derniers moments avec ma soeur. Elles se retirèrent, après un instant d'hésitation. Je m'avançais alors vers ma soeur, ma confidente, mon âme soeur. Je l'attirais contre moi, fermant les yeux et humant son parfum. « J'ai cru ne jamais pouvoir vous revoir avant cet instant crucial, ma soeur. » Je passais une main dans ses cheveux détachés, puis déposais un baiser sur son front. « Vous pouvez toujours refuser, vous savez. Il est peut-être notre seigneur, mais il vous écoutera vous. »

Revenir en haut Aller en bas
Le souffle d'Orcanie
Le souffle d'Orcanie
ANCIENNE ADELOSA
∞ Missives : 511
∞ Début de la quête : 17/05/2012

THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise Empty
MessageSujet: Re: THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise   THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise EmptyDim 5 Aoû - 21:05

Spoiler:
 

Même les plaisirs du jeu de merelle ne pouvait faire oublier à Adelosa ce qu'elle s'apprêtait à faire aujourd'hui. Elle bougeait ses pions sur le plateau de bois sans grand intérêt songeant à ces années où elle n'avait pas la moindre idées de ce que 'être marié' voulait bien pouvoir dire. Ce matin au réveil on était venue lui dire qu'aujourd'hui elle ferait la rencontre de ses prétendants, ainsi donc ça commençait, elle allait réellement devoir se marier. La suite de la matinée sembla durer une éternité, Adelosa était piégée dans le monde des songes, un monde dans lequel elle vivait heureuse et pour toujours avec Alphédor, un monde qu'elle ne voulait pas quitter. La courtisane avec qui elle était en train de jouer, Rosalva de Name, rouspéta gentiment « Dame Adelosa me laissez-vous gagner ? Je ne tirerais aucune satisfaction à vous battre de cette façon. » une seconde courtisane, Exinelda de Tyomant se mit à commérer « N'avez pas entendu la nouvelle ma dame, c'est aujourd'hui que notre douce ami choisi son mari ! Elle a la tête ailleurs. Oh je me souvient du jour où moi même j'ai eu cette chance ! » Rosalva se moqua « Et votre mari était le plus convenable de tous ? Il est pourtant boiteux et ne sais pas lire. Je n'ose imaginer le profil des autres... » Exinelda rétorqua d'un ton outré « Cela ne vous regarde pas ma dame et nous ne somme pas ici pour parler de mon mariage. Dame Adelosa n'êtes-vous pas impatiente de rencontrer tous ces seigneurs qui ont fait tant de chemin pour le simple plaisir de vous voir ? » sans beaucoup de conviction Adelosa répondit « Je ne puis attendre une seconde de plus... » Adelosa était fatiguée et faisait de son mieux pour avoir l'air intéressé, elle qui d'habitude raffolait de ce genre de rendez-vous entre amies. Soudain, quelqu'un entra dans la chambre, faisant échapper un petit couinement aux trois jeunes femmes. C'était Alphédor. Adelosa s'éveilla enfin, la simple présence de son frère suffisait toujours à éclairer sa journée, elle en oublia même quelques instants les tristes évènements qui suivrait dans la journée. Il ordonna aux deux dames présentes de les laisser seuls et à l'instant même où elles quittèrent la pièces, ils s'enlacèrent tendrement. Adélosa respira le parfum enivrant du jeune homme comme si elle le découvrait pour la première fois, elle se sentait à présent en sécurité. Dans les bras de son frère, rien de mal ne pouvait lui arriver. Le pauvre avait été inquiet de ne pas pouvoir la revoir avant qu'on ne lui choisisse un mari. Tout comme elle, il avait peur de devoir se séparer. Adelosa s'empressa de le réconforter « Ce n'est pas un mariage qui vous éloignera de moi mon frère, comme le jour et la nuit nous sommes indissociable ! De plus, je n'ai pas encore été offerte à un des hommes qui attends. » Alphédor passa une main tendre dans les cheveux d'Adelosa qui frémit à son contacte. À cette instant elle n'avait d'yeux que pour lui, l'apocalypse pouvait bien arriver elle n'en avait rien à faire. En l'observant, elle remarqua dans son regard qu'il avait un peu bu, mais elle n'en dit rien. Ce n'était pas important, si elle en avait eu la possibilité, elle aurait sans doute elle aussi plonger son chagrin dans la boisson jusqu'à en oublier jusqu'à son nom. Alphédor lui proposa de renoncer à ce mariage prochain, mais tous deux savaient que c'était impossible. « Alphédor, vous savez que je ne le peux pas. Je ne peux désobéir à Aidan, il a prit sa décision et je dois m'y plier. Pourtant la déesse sait oh combien j'aimerais rester à vos côtés pour toujours. Jurez que nous nous verrons toujours, quoi qu'il advienne ! » Elle déposa un baiser sur ses lèvres puis s'écarta doucement de lui. « Mais dites moi, que faites-vous ici ? Avez-vous été invité à participer à cette mascarade mon adoré ? » Adelosa y vit là l'oeuvre de son frère Aidan, mais fut incapable de dire s'il s'agissait là d'une punition pour Alphédor pour se montrer si hostile à son égard ou bien une touchante attention pour Adelosa, visant à lui offrir un support morale durant cette épreuve qu'il savait difficile. Elle décida qu'il s'agissait probablement des deux. Quelqu'un frappa à la porte, brisant cet instant idyllique et ramenant les amoureux à la vie réel.
Revenir en haut Aller en bas
http://thecoldkingdoms.forumgratuit.fr

Invité
Invité

THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise Empty
MessageSujet: Re: THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise   THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise EmptyMer 8 Aoû - 16:04

La domestique arrangea le fauteuil dès lors qu’Aidan le lui ordonna. Il avait demandé au personnel de faire le ménage de fond en comble de la pièce de vie des appartements Percereth. Il en faisait l’inspection avec une grande minutie, et ne tolérait aucune trace de poussière. Et de la poussière, il y en avait sur ce fauteuil, ce qui était intolérable. Il exigea que ce soit réglé au plus vite, et pas d’un ton des plus sympathiques. Il s’approcha ensuite de la place pour observer ce qui s’y trouvait. Du bon vin dans une carafe avec plusieurs coupes. Il y avait des saladiers contenant des fruits également. Un tonneau de bière était dans un coin de la pièce. Ce n’était pas un repas, mais il devait assurer sa prééminence économique et sociale par le faste d’appartements bien meublés avec de bons aliments et boissons. Mais quelque chose n’allait pas. « Plus de poires. » . Il indiqua un saladier tout en désignant un domestique de la tête. Ce dernier gesticula avant de sortir en vitesse des lieux avant de s’exécuter. Tous les objets de valeur de la famille étaient dans la pièce, afin d’impressionner les prétendants. Des tapisseries se trouvaient sur certains des murs. Après un dernier regard, il constata que c’était parfait. Il avait envoyé Deirdre et les enfants dans une abbaye non loin, avec plusieurs de ses hommes d’arme. Pour surveiller son épouse, mais aussi pour la protéger ainsi que les jumeaux. Il ne restait plus qu’à aller chercher la principale intéressée.

Il avait décidé de convier son frère également, afin d’avoir son avis. Il ne voulait pas choisir un mauvais époux. Mais il doutait qu’Alphédor l’y aide. En fait, il voulait surtout le préparer. Il devait s’habituer au fait qu’Adelosa allait se marier, et qu’elle allait partager la couche d’un autre homme. Déjà qu’il lui avait volé son cœur, alors pas question qu’il mette le bazar autre part. Il prit la direction de la chambre de sa sœur d’un pas assuré. Il croisa deux dames de compagnie, courtisanes de la cou, qu’il salua proprement au passage. Puis il ouvrit la porte de la pièce sans frapper. Il tomba sur, bien évidemment sa sœur, mais également son frère. Ils étaient sans doute en pleine conversation houleuse sur ce qui les attendait. Aidan soupira, une fois encore il n’avait pas été convié à cette petite réunion de famille. Il fit quelques pas dans la pièce en les toisant du regard. Lorsque ses yeux se posaient sur Alphédor, ils devenaient plus durs. Il n’avait aucune envie qu’il lui monte la tête. « La première entrevue va bientôt commencer. » . Il s’approcha d’eux mais n’avait d’yeux que pour sa sœur. Il n’admirait pas sa beauté, mais observait davantage sa tenue. La robe était belle et richement décorée, ses cheveux correctement coiffés, mais quelque chose n’allait pas avec son collier. Il semblait trop petit, et laissait penser que ses moyens étaient limités. Il se plaça donc derrière elle et lui défit le bijoux sans l’abîmer. Il le posa sur le meuble où elle conservait ses accessoires, et farfouilla tout en cherchant une pièce bien plus imposant. Il la trouva, constituée de métaux précieux travaillés, et d’une belle pierre de lapis lazuli turquoise en son centre. Il s’approcha de nouveau d’Adelosa. Il plaça le bijoux sur son cou dénudé et l’attacha correctement. « Il faut veiller à ce que tu paraisses à la hauteur de ton rang, voir de ton futur rang. » . Il n’avait pas l’habitude d’avoir un contact physique avec elle, et il effleurait sa peau tellement il n’osait pas la toucher. Mais il ne laissait paraître aucune émotion. Il se recula alors pour de nouveau la regarder. Elle était parfaite désormais, et sa beauté allait faire le plus gros du travail de négociation et de persuasion. Satisfait de ce qu’il voyait, il déclara finalement : « Bien. Le comte d’Oban va bientôt arriver, alors hâtez-vous. » . Il tourna les talons et sortit, sans adresser un regard supplémentaire à son frère. Il regagna la pièce de vie pour tout vérifier une nouvelle fois. Le comte d’Oban était un vieil homme qui avait déjà connu deux époux. La première lui avait donné une fille. La seconde deux fils et une autre fille. L’aîné des mâles étaient de constitution fragile, et il se racontait à la cour qu’il n’allait pas vivre longtemps. Quand au second, il était à peine plus fort. Si Adelosa épousait cet homme, il y avait fort à parier que les héritiers qu’elle allait lui donner allaient lui succéder. Quand à son tempérament, on le disait calme et sage. Il était certes vieux, mais respectueux envers ses épouses.


Dernière édition par Aidan S. Percereth le Sam 18 Aoû - 13:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alphédor Percereth
Alphédor Percereth
CHEVALIER DE WARMINSTER
∞ Profession : Chevalier et seigneur de Warminster
∞ Printemps : 23 ans
∞ Missives : 353
∞ Début de la quête : 04/08/2012

THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise Empty
MessageSujet: Re: THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise   THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise EmptyMer 8 Aoû - 21:48

Adelosa avait beau m'assurer que rien ne nous séparerait, son mariage imminent était peut-être la seule chose qui le pourrait à jamais. Et elle n'y pourrait rien, c'était son lot d'être née fille et non garçon. Je craignais pour elle, plus que pour ma propre vie qui paraissait si insignifiante. Ce mariage signifiait la mort de tout ce qu'elle avait rêvé, de l'amour pur et véritable, d'un homme bon et juste. Ce genre d'homme était rare. J'espérais qu'elle en trouve un, mais je ne saurais dire si cela était seulement possible. Elle secoua la tête et avoua qu'elle ne pouvait désobéir à Aidan, pas après qu'il ait fait son choix. Je hochais la tête en silence, comprenant le lourd sens de ses paroles. C'était tout à son honneur, sa qualité la plus forte, la plus honorable. Elle était une bonne personne. Une bonne personne qui allait se blesser avec sa désillusion. Son baiser insolent me fit frissonner, avant qu'elle me demande ce que je faisais ici. Même moi je n'étais pas sûr de la raison de ma présence ici. Aidan m'avait bien demandé de venir, pas directement, dieux non, par l'intermédiaire de domestiques, bien entendu. Je haussais simplement les épaules, prenant les mains d'Adelosa entre les miennes. « Notre frère a demandé ma présence. Mais cela n'a aucune importance. Je ne vous aurais jamais laissé affronter ceci toute seule. »

Je plongeais à nouveau dans son regard profond, mais un bruit attira mon attention et me priva de ce contact visuel. Aidan venait de rentrer brusquement dans la chambre. Il avait l'air de s'affairer, et sans presque un regard, il s'avança jusqu'à nous. Il venait annoncer le début des "réjouissances". Je retenais un soupir agacé et frustré, m'apprêtant à oublier délibérément sa présence. Mais en réalité, il arriva jusqu'à Adelosa, m'éclipsant presque de la discussion. Il passa derrière elle, glissant ses doigts jusqu'à son cou, pour y retirer avec délicatesse le collier qu'elle portait. Il s'approcha de ses affaires et en tira un autre. Il l'attacha autour de son cou, avant de la regarder à nouveau, ajustant les derniers détails. Lui qui d'habitude était distant, surtout avec elle, venait de franchir un pas dans l'intimité, dans celle d'Adelosa, dans la mienne, dans la nôtre. Si j'avais bu un verre de plus, je lui aurais sans doute sauté dessus. Je me contins simplement, surveillant le moindre de ses mouvements. Il annonça que le comte d'Oban allait bientôt arriver, puis il se détourna, retournant sans doute dans la pièce de vie. Je me tournai enfin vers Adelosa. Elle était vraiment rayonnante. Je lui offris mon bras, avant de la mener jusqu'à la pièce de vie. « Gardez courage, ma soeur. »

Je connaissais le comte d'Oban de réputation. Noble de naissance, il avait néanmoins tout perdu lorsqu'un fanatique avait réclamé avoir ses terres en sa possession par un quelconque lien de parenté malsain et finalement faux. Il avait réussi à regagner son pouvoir et son respect, avec des méthodes peu orthodoxes. Il s'était marié deux fois, mais n'avait jamais été heureux réellement, considérant plutôt le mariage comme une formalité de succession. Adelosa était son parfait opposé, et cela se confirma en le voyant rentrer. Aidan et moi nous étions assis tandis qu'Adelosa était entre nous deux. L'homme entra. Le poids des âges faisait courber son dos, lui donnant de vilaines rides sur le visage. Il entra accompagné de ses gardes du corps, ainsi que de domestiques qui s'affairaient autour de lui. Il s'inclina bien bas pendant que je le toisais de toute la hauteur que je possédais en étant assis. Sa révérence fut des plus gracieuses. Laissant un instant le silence planer, je décidai de prendre la parole. « J'espère que le voyage a été plaisant, comte Oban. » Il se redressa, dardant d'abord ses prunelles sombres sur moi, puis sur Aidan et enfin sur Adelosa. Il mit un moment à répondre. « Ser Percereth, je vous prie de m'excuser. Mon attention était tout à votre jeune soeur. »

« Je n'en doute pas une seconde. » Bien entendu qu'elle l'était. Il aurait du être complètement aveugle pour ne pas remarquer à quel point elle illuminait la pièce. Aidan s'était donné du mal pour décorer la pièce, mais tout ceci était futile. Adelosa n'avait qu'à être dans la pièce. Il sursauta brusquement, et je me raidis. « Oh, pardonnez-moi, Baron. J'en oubliais les bonnes manières! » s'adressa-t-il ainsi à Aidan. Il claqua des doigts, et une file de domestiques apparurent. « Voici mes présents pour votre seigneurie. Des babioles pour sûr, à côté de la préciosité de votre soeur. »
Revenir en haut Aller en bas
Le souffle d'Orcanie
Le souffle d'Orcanie
ANCIENNE ADELOSA
∞ Missives : 511
∞ Début de la quête : 17/05/2012

THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise Empty
MessageSujet: Re: THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise   THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise EmptySam 18 Aoû - 1:44

Spoiler:
 

Oh Alphédor et sa bonté naturelle, Adelosa n'avait pas la moindre idée de comment elle pourrait vivre sans cela, comment elle pourrait être heureuse sans ses sourires et ses douces paroles ? Elle s'en savait incapable, mais à l'entrée d'Aidan dans la chambre, la jeune fille fut bien obligée d'agir comme si elle ne l'aimait pas tant, car même si elle savait que le baron se doutait de quelque chose, elle savait aussi que l'inceste était pour un chrétien le pire des blasphèmes et elle n'avait aucune envie d'infliger cela à son frère aîné. Elle se demandait d'ailleurs pourquoi Aidan n'avait jamais essayé de les séparer, du moins pas plus tôt, elle en était profondément heureuse bien sûr, mais elle connaissait la foi de son frère et se demandait ce qui pouvait bien le pousser à accepter cet amour qu'il devait juger contre nature. Elle, qui n'avait aucune conviction chrétienne, était persuadé que l'amour restait l'amour quel que soit sa force et sa nature, elle aimait Alphédor et il l'aimait, le reste n'avait aucune importance. Après tout, le plus grand roi de Bretagne n'avait-il pas lui même enfanté sa soeur ? Aidan s'agitait autour d'elle, mais les yeux d'Adélosa qui devenaient de plus en plus humides ne quittaient pas le visage d'Alphédor, sans lui elle n'aurait jamais survécue à cette journée, elle avait l'impression d'être une bête que l'on préparait à la vente, un animal de foire. Elle se laissait faire, ne se brusquant de rien, même si ce contacte avec Aidan lui parut aussi étrange que la neige en été. Elle se força à sourire pour qu'il ne se fâche pas, elle faisait ce que l'on attendait d'elle. C'était l'heure, Aidan annonça l'arrivée imminente du premier homme et Adelosa se sentit blêmir. Elle était morte de peur, mais elle devait se tenir prête, elle devait être radieuse, comme le soleil, non, plus que le soleil ! Alphédor tout en la menant jusqu'à la pièce principale des appartements des Percereth tenta de la réconforter, mais il n'y avait rien à faire. Debout devant ses frères, Adelosa eu le temps d'examiner la salle. Aidan avait sorti tout ce qu'ils avaient de plus précieux et la jeune fille se demanda si c'était elle ou ses appartements qui allaient être promis à un étranger. Finalement le compte d'Oban entra. Adelosa avait eu vent des histoires douteuses qui entouraient ses terres, mais elle fut plus repoussée par son visage que par sa biographie. Il était vieux et laid et elle était certaine de ne pas vouloir être la troisième femme de cet affreux bonhomme ! Elle jeta un regard terrifié à Alphédor comme pour l'appeler à l'aide et il prit la parole. Lui et le comte échangèrent quelques banalités pendant que Adelosa observa les serviteurs qui n'avaient pas l'air des plus heureux. On apporta alors des présents, beaucoup de présents et ce n'est seulement qu'en apercevant le regard noir du baron que Adelosa se rappela ses bonnes manières. Elle se courba légèrement devant le comte d'Oban et glissa d'une voix douce « mon seigneur, vos présents me comblent de bonheur. Je reste sans voix devant tant de belles choses. »
Revenir en haut Aller en bas
http://thecoldkingdoms.forumgratuit.fr

Invité
Invité

THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise Empty
MessageSujet: Re: THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise   THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise EmptySam 18 Aoû - 13:54

Aidan ne voulait en aucun cas faire patienter le premier prétendant qui allait se présenter à eux. Sa jeune sœur devait être prête, et parfaite. Elle se suffisait à elle seule pour convaincre même le plus réticent des hommes à l’épouser. Elle avait pour elle l’âge et la beauté, deux arguments non négligeables. Il ne pouvait lui demander d’étaler ses charmes telle une courtisane de bas étage, elle devait se comporter comme une jeune femme noble des plus respectable, donnant l’image d’une future épouse charmante et dévouée. Il ne doutait pas d’elle, elle s’était toujours extrêmement bien comportée afin de contenter ses frères, elle n’allait pas lui faire défaut en ce jour si important. Il fut rejoint sans tarder par le reste de la fratrie, afin d’accueillir le premier des hommes de la journée. Le vieux comte d’Oban se présenta à eux avec des marques d’amabilité qui plurent grandement au baron de Lyness. Il laissa son frère engager quelques paroles d’accueil. Le vieil homme ne tarda guère à présenter les cadeaux qui étaient pour lui ainsi que pour sa famille. Il repéra une magnifique coupe, sertie de pierres précieuses, de belles étoffes, du matériel de chasse, un cerf fraîchement chassé, et quelques bijoux qui étaient incontestablement pour Adelosa. Cette dernière eut la bonté de remercier leur invité, et Aidan se leva pour entrer à son tour en scène. « Monsieur le comte, je ne puis que vous remercier de tant d’attentions. Il ne m’est visiblement pas nécessaire de vous présenter ma sœur, que vous connaissez déjà. » . En effet, le comte résidant régulièrement à la cour, Adelosa avait déjà été introduite auprès de lui. Il s’approcha de sa sœur pour que l’attention du comte soit définitivement portée sur elle. Il fallait qu’il la trouve plus qu’à son goût, et bien qu’il était parfaitement malsain d’en exprimer à voix hautes les intentions, elle devait lui donner envie de consommer un prochain mariage. Les yeux du comte dégageaient une admiration pour la jeune personne, mais ils n’étaient en aucun cas lubrique, ce qui aurait tendance à en repousser plus d’un.

« Dame Adelosa, votre charmante compagnie illumine ma triste journée. » . Aidan accueilli le compliment à destination de sa sœur avec un sourire. Il était sous le charme de la jeune fille et semblait intéressée par cette union. Le baron de Lyness avait d’autres prétendants sur sa liste, mais il ne pouvait ignorer que le comte d’Oban avait de sérieux arguments en sa faveur. Il était bien installé et assez riche, il offrirait donc une confortable position à sa sœur. Certes, elle ne devait pas la trouver à son goût étant donné son âge, mais au moins il serait aimable voir attentionné avec elle, ce qui n’était déjà pas trop mal. « Monsieur le comte, vous n’êtes pas sans savoir que la question de la succession royale est loin d’être réglée et qu’elle nous préoccupe tous. Si une alliance entre nos deux maisons devait se profiler, il nous faudrait nous assurer la sécurité de nos familles respectives. » . Loin d’être stupide, le comte d’Oban saisit immédiatement de quoi le baron voulait parler. Il ne tarda guère à répliquer : « Il est évident qu’une telle alliance exigerait que je protège les origines de mon épouse. » . Il esquissa un sourire qui signifiait qu’il mettrait des hommes à la disposition d’Aidan pour qu’il défende ses terres. Il essayait déjà de négocier quelques aspects, ou du moins de voir s’ils étaient possibles et négociables.
Revenir en haut Aller en bas
Alphédor Percereth
Alphédor Percereth
CHEVALIER DE WARMINSTER
∞ Profession : Chevalier et seigneur de Warminster
∞ Printemps : 23 ans
∞ Missives : 353
∞ Début de la quête : 04/08/2012

THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise Empty
MessageSujet: Re: THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise   THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise EmptyDim 19 Aoû - 6:53

Et bien entendu, comme dans tout échange de propriété, il fallait y voir les cadeaux. C'était un vrai étalage de jour de marché. J'avais la sensation que le comte d'Oban avait concentré une bonne partie des richesses qu'il possédait pour ce jour ci. Je n'en étais pas surpris. C'était dans la coutume, de s'échanger une richesse pour une autre lors d'un mariage. Mais aucune richesse ne pouvait surpasser celle d'Adelosa, superbe, rayonnante et encre incroyablement innocente. Plus pour longtemps, si j'en croyais cette mascarade. J'aurais préféré un prétendant simple, sans apparats et sans titres pour Adelosa. Je serrai le poing sur ma chaise, trouvant inconfortable cette position de médiateur. On défilait toujours avec les présents. Si Adelosa semblait peu émerveillée par les richesses, Aidan en revanche semblait déjà convaincu. Et je ne pouvais pas oublier le regard désespéré que m'avait lancé ma soeur, regard qui m'avait donné envie de me lever, de faire fi des convenances et de la prendre dans mes bras. Mais c'était impossible. Je lui lançais un regard plein d'espoir, tentant de lui donner la force de continuer. C'est une voix tremblante qu'elle le remercia, et d'une voix tremblante mais pas pour la même raison qu'Aidan se leva de sa chaise pour aller lui parler.

L'alliance militaire reprit vite le dessus de la conversation, effaçant Adelosa, aussi sublime soit-elle, et moi-même. Je ne pouvais pas en vouloir à mon frère. Il voulait protéger nos intérêts, quoi de plus normal que cela? Le mariage était en effet une bonne idée pour arriver à ses fins. Et qui sait, l'amour pouvait-il y fleurir au bout de quelques années? S'il m'avait été possible de le faire, je me sera marié, évitant à Adelosa la pénible épreuve de la nuit de noces. J'avais beau être un homme à femmes, pour elle je serais restreint, plus ou moins. Mais la valeur d'un chevalier n'égalait pas celle d'une courtisane de Warminster, d'une des familles les plus influentes. Surtout qu'elle était plus jolie que je ne le serai jamais. La décision d'Aidan semblait alors finale. Et je ne pouvais rien y faire. Un sourire entendu se profila entre les deux hommes, sourire qui me laissait penser que tout était presque joué. Je me levai alors, reprenant place auprès de ma soeur, où était ma véritable place. « Croyez bien que nous sommes honorés de votre présence, comte Oban. Mais votre voyage a du être long et éprouvant. Reposez-vous donc dans vos appartements, nous reprendrons cette discussion demain. » La promesse du repos tordit le visage du vieil homme, et alors qu'il s'inclinait pour nous quitter, un serviteur s'approchait déjà pour prendre la relève et le conduire, lui et à sa troupe, à ses quartiers. Lorsqu'il fut sortit, je laissas échapper un soupir. Un, plus qu'une ribambelle à venir. Peut-être était-ce moi qui avait besoin de courage finalement?
Revenir en haut Aller en bas
Adelosa M. Percereth
Adelosa M. Percereth
PETIT NOUVEAU
∞ Profession : Noble de Warminster
∞ Printemps : 19 ans
∞ Missives : 20
∞ Début de la quête : 07/09/2012

THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise Empty
MessageSujet: Re: THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise   THE A TEAM ō we were the kings and queens of promise EmptySam 8 Sep - 2:18

Aidan S. Percereth, Alphédor Percereth & Adelosa M. Percereth
« La raison du père de famille est le meilleur gardien qu'ait une jeune fille. »