AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez
 

 RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tryss Galeval
Tryss Galeval
“ L'ÉLU DE DIEU ”
∞ Profession : Prétendant au trône
∞ Printemps : Dix-neuf ans.
∞ Missives : 15
∞ Début de la quête : 17/06/2012

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Empty
MessageSujet: RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2]   RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] EmptyLun 10 Sep - 14:36

∞ La cité est en fête
RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Tumblr_lob3geDvCF1qlll6ko1_500
L’été s’en allait lentement laissant place à l’automne. Les vents froids s’engouffraient dans les chaumières et les plus frileux se blottissaient près du feu. Pour dire adieu à la belle saison et marquer l’entrée de la saison des vents la cité de Warminster organise une grande fête. On raconte que l’origine de cet évènement remonte au règne de Gauvain qui était un homme des plus jovial. L’Orcanie n’a peut-être pas encore trouvé son roi mais elle ne renonce pas aux plaisirs de la vie. La capitale est aujourd’hui parée de bannières et de rubans multicolores. Jamais les rues n’ont été plus lumineuses et colorées. Les marchands affluent sur la place publique dévoilant aux passants des produits venant de toute la Bretagne. Les galants offrent des fleurs à leurs dames et les gourmands savourent les derniers fruits gorgés de soleil. Un peu plus loin on peut apercevoir des jeunes hommes s’inscrivant pour le concours de tir à l’arc qui se déroulera en début d’après midi. Les inscriptions sont bien entendu ouvertes à tous et le concours promet d’être des plus divertissants. Les enfants pourront quant à eux participer au concours des juniors qui acceptent les participants de moins de seize ans. Quelques ménestrels portant les couleurs royales offrent leurs services aux amoureux. Rien de plus simple pour les hommes de leur donner quelques pièces et rien de plus agréable pour les dames d’écouter une chanson d’amour juste pour elles.

© KINGS of ORKNEY
Revenir en haut Aller en bas
Tryss Galeval
Tryss Galeval
“ L'ÉLU DE DIEU ”
∞ Profession : Prétendant au trône
∞ Printemps : Dix-neuf ans.
∞ Missives : 15
∞ Début de la quête : 17/06/2012

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Empty
MessageSujet: Re: RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2]   RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] EmptyLun 10 Sep - 14:40

Pour garantir l'égalité des chances, le concours de tir à l'arc sera soumis à un lancé de dés.
Le nombre de face est 20.
0 - 2> en dehors de la cible. (0pts)
2 - 6 > cinquième cercle après le cœur. (5pts)
7 - 10 > quatrième cercle après le cœur. (6pts)
11 - 15 > troisième cercle après le cœur. (7pts)
16 - 18 > deuxième cercle après le cœur. (8pts)
18 - 19 > premier cercle après le cœur. (9pts)
20 > cœur de la cible. (10pts)

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Glenn A. Dingwall
Glenn A. Dingwall
LIEUTENANT DE LA GARDE
∞ Missives : 15
∞ Début de la quête : 03/09/2012

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Empty
MessageSujet: Re: RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2]   RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] EmptyLun 10 Sep - 16:43

Des coups retentissaient pendant que Glenn se battait contre son adversaire. C’était l’un des siens qui se battait comme un diable dans l’eau bénite. Le lieutenant ne perdait pas espoir de gagner une victoire définitive. Il regardait l’action qui s’y déroulait, essayant autant que possible de trouver une faille à l’intérieur du style de l’autre garde. Le problème c’est que les mouvements sont tellement rapides et les coups tellement forts qu’il se fatigue rapidement. Glenn essaie le tout pour le tout en donnant un coup très fort pour briser le blocage de son adversaire. Il se retient de lui envoyer son poing au visage.

Le combattant tomba sur ses genoux. Au lieu de donner le coup fatal, il aida plutôt l’autre garde de ville à se relever. La foule attroupée autour d’eux les applaudit. Les deux hommes s’inclinent. Il se battait contre un autre lieutenant de la garde, Jared. Les gardes de villes font ce genre d’exercice public pour impressionner les gens. Ce n’est pas vraiment un tournoi, mais ce n’est pas totalement arrangé. Le but est de montrer un bon combat d’abord et avant tout, faire le plus d’exercice possible tout en s’assurant de ne pas se blesser soi ou son adversaire. Bien sûr les petites rivalités peuvent se régler durant ses exercices, mais ses derniers ne doivent pas être la cause d’animosité ou les exacerber. Il s’agit d’un jeu entre la population et la garde royale. L’exercice doit être positif pour tous. La population se sent plus en confiance quand ils voient les exploits physiques donc sont capables les gardes royaux. En plus, il s’agit aussi d’une bonne façon de faire de l’exercice et gagner en prestige. Glenn salue la foule. Cette fête est une très bonne occasion pour lui faire sortir Dame Percereth de la tête. La fête est plutôt commune que nobiliaire, alors une dame de haut rang comme elle a peu de chance à montrer.

Glenn prend sa gourde remplie d’eau et se désaltère. Il a déjà fait 3 combats aujourd’hui, il est plutôt claqué pour l’instant et il n’a même pas profité des festivités. Glenn aime bien être dans des évènements tels que celui-ci. Ces fêtes sont comme des petits univers remplis de plaisir qui durent quelques instants avant de se volatiliser. Jamais deux fêtes ne sont la même alors on n’a jamais de raison de ne pas vouloir se présenter à une de ses fêtes. Il demande à un des subordonnés de prendre sa place et celui-ci est plus qu’heureux de s’en prendre aux autres escouades de gardes, ce qui fait un peu rire Glenn.

Il étire un peu son cou et se demande ce qu’il pourrait faire pour passer le temps, bien sûr il a le tir à l’arc, mais son bras est probablement fatigué après les combats. Il n’a pas de chance de gagner, donc il ne veut pas se tenter. Il passe un peu dans la foule se demandant quoi prendre. Peut-être, devrait-il briser sa diète et prendre tout un tas de viandes diverses. Les ménestrels ne l’intéressent pas du tout. Il a assez déjà de déboire comme ça. Pas besoin que des types comme lui le rappellent.

C’est pour ça qu’il décide d’aller voir les juniors. C’était toujours intéressant de voir la génération à venir. C’était au concours des juniors qu’il avait été ramassé par son mentor, il y a fort longtemps de cela. Peut-être pourrait-il trouver un jeune homme fort et courageux à modeler comme son successeur. Il sentait qu’il n’avait pas encore l’âge à penser à une succession, peut-être une fois qu’il serait devenu un capitaine. Autant juste observé pour l’instant.

Il alla donc se glisser dans la foule pour aller voir les juniors, Il se sentait excité et plein d’espoir pour les plus jeunes. En même temps, il ne savait pas trop à quoi s’attendre, soit à des gens aux talents sculptés à un âge étonnamment précoce ou plutôt des diamants bruts qui n’ont besoin que d’un peux d’encouragement pour devenir tout simplement fabuleux. Il devrait au moins trouver une façon de comparer son talent durant ses jeunes années à celui des nouveaux. C’est quand même spécial de vouloir voir quelqu’un mieux exceller que soi même.
Revenir en haut Aller en bas
Erica Southminster
Erica Southminster
PRINCESSE DE SOUTHMINSTER
∞ Missives : 106
∞ Début de la quête : 18/08/2012

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Empty
MessageSujet: Re: RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2]   RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] EmptyLun 10 Sep - 22:54

    RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Tumblr_m9zb71eydt1qko5f7o1_500
    «Ce que vous demandez est inconcevable ». Il est parfois regrettable que la plus proche amie que l'on possède soit aussi rationnelle que peut l'être Francesca quand il est question des rangs et des positions politiques. Je connais d'elle autant qu'elle connait de moi, et pourtant cela m'échappe encore de la savoir aussi peu novatrice et désespérément traditionaliste. Sans équivoque, elle aurait pu avoir de grands desseins être née homme, elle possède une fougue impressionnante, un courage inné ainsi qu'une force physique qu'on lui envie toutes, chez nous, à Southminster. Elle tient de l'homme plus que de la femme sur bien des égards, mais se cramponne à l'idée que l'étoffe qu'elle porte fait d'elle qui elle est. Plus jeune, elle avait ravi le titre de meilleur archer de notre domaine, quand j'étais encore fille de mon père et non épouse de mon mari. Elle portait les cheveux courts comme un écuyer, et elle ne les laissait jamais prendre le dessus. Comme j'aimerais avoir ses talents atypiques plutôt que de rester vautrer, le mouchoir en main sous un soleil cuisant en tenue festive et corset extrêmement ajusté...

    Warminster était transformée, à la manière d'un phénix, elle semblait renaître de sa pierre normalement morne à l'aide de ces somptueuses bannières qui illuminent ruelles et maisonnées. La chaleur estivale enfin tombée, on profitait d'une brise légère, douce comme une caresse, alors que les coups d'épées vibraient au loin, fracassant armure et casque à leur contact. L'atmosphère festive ainsi que mon départ imminent pour mener à bien ma quête à travers l'Orcanie me donnait l'envie de chanter et de danser. Je n'eus aucun mal à trouver un gentilhomme pour me faire virevolter sous la musique d'une troupe engagée pour enchanter la foule. Je m'y laissai prendre jusqu'à une balade plus douce, me retirant pour aller observer la compétition. Les hommes ne cesseront jamais de se montrer intransigeant les uns envers les autres quand la renommée et la gloire devient enjeu du jour. C'était beau à voir, cela il me fut impossible de l'admettre. À l'abri du soleil, où se consommait de la bière et se consommait des victuailles, j'observai à la dérobée les chevaliers anoblis combattre, ainsi que les jeunes écuyers tenter de faire leurs preuves. Leur quête était noble, juste, pleine de promesse. Le cor retentit pour annoncer le début d'une nouvelle épreuve, quittant ainsi ce petit nid d'observation pour me mêler à la foule. Grand bien m'en fasse, l'envie de me comporter en noble m'ayant passé avec la puberté...
Revenir en haut Aller en bas
Morven M. Percereth
Morven M. Percereth
HERITIER DE LYNESS
∞ Profession : Noble, héritier de l'île de Lyness
∞ Printemps : 13 ans
∞ Missives : 27
∞ Début de la quête : 29/08/2012

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Empty
MessageSujet: Re: RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2]   RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] EmptyMer 12 Sep - 13:09

Morven ne se sentait pas très bien. Il faisait de son mieux pour réprimer ses tremblements, mais la tension qu’il éprouvait devait s’exprimer à défaut de le dévorer de l’intérieur. Qu’est ce qu’il aurait préféré courir à travers la ville colorée, humant les odeurs nouvelles apportées par ces étrangers si joyeux et jouant avec Moira entre les étals abondants ! Il n’avait jamais vu d’Orcanie aussi chaleureuse, et il en était à la fois déstabilisé et enchanté. Il espérait tant que cette délicieuse atmosphère puisse être éternelle… Après tout, si tout le monde pouvait sourire et s’amuser quelques jours, qu’est-ce qui les empêchait de festoyer de longs mois, des années entières, toute une vie ? Mais ses récents cours de politique lui avaient appris que l’Orcanie était instable, en ce moment même. Comment peuvent-ils être contents, quand mon précepteur me dit que l’avenir est plein de dangers ?

Le garçon, se souvenant de l’avertissement de son professeur, voulut tout à coup fuir et regagner les appartements de sa famille dans le château de Warminster. Mais ce n’était pas possible. Morven était l’héritier du baron de Lyness, et il se devait d’honorer sa famille en faisant preuve d’adresse aux armes. C’est pourquoi il avait placé son arc et son carquois dans son dos et se dirigeait vers l’endroit où allait avoir lieu le concours de tir, les mains toutes moites de sueur. Enfin, ça aurait pu être pire. Oui, ça aurait pu être un tournoi à l’épée. se dit-il en essayant de se rassurer. Il avait une certaine habilité au tir à l’arc, quoi qu’il ne fût pas certain d’avoir un bon niveau. Quant au maniement des armes qui demandaient plus de force, il n’avait absolument aucun talent et allait jusqu’à se faire battre par sa sœur ! Ah, si celle-ci pouvait prendre sa place, au moins aujourd’hui, quel soulagement ce serait ! Elle gagnerait sûrement, tandis que moi…

En traversant la ville, il fut témoin d’un combat acharné entre gardes. Morven admirait énormément les combattants qui parvenaient à montrer tant d’adresse avec une lourde lame d’acier au bout de la main. La présence de tels individus le rassura rapidement, et il oublia presque la sensation de vulnérabilité qu’il avait éprouvé peu auparavant. La foule se resserrant autour des deux hommes, Morven ne put bientôt plus rien voir et repris sa route. Il flâna un moment devant les riches marchandises qu’arboraient les marchands en pensant à ce qu’aimerait acheter sa mère. Sans penser aux conséquences d’un tel acte, il était parti en avance pour s’assurer de faire le trajet seul afin de cacher aux autres son stress. Mais il réalisa soudain que le concours allait débuter incessamment sous peu.

Il courut à en perdre haleine, son cœur s’emballant sous l’effet de l’effort et de la peur d’arriver finalement trop tard. En arrivant sur les lieux, il percuta violemment quelqu’un et tomba pitoyablement à ses pieds. Se relevant confusément, il releva la tête et reconnu l’homme.

« Oh ! Vous êtes le garde qui s’est battu tout à l’heure ! » s’écria-t-il en voyant le visage de Glenn Dingwall, les yeux pétillants d’admiration. Puis, se reprenant rapidement : « Enfin, je veux dire, reprit-il d’une voix plus posée, courtoise, je suis vraiment navré de vous avoir bousculé. Je vous prie de croire que cet acte était involontaire. J’allais être en retard pour le concours de… »

C’est à ce moment que Morven découvrit que, dans sa chute, son cher arc en bois s’était brisé.

Revenir en haut Aller en bas
Glenn A. Dingwall
Glenn A. Dingwall
LIEUTENANT DE LA GARDE
∞ Missives : 15
∞ Début de la quête : 03/09/2012

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Empty
MessageSujet: Re: RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2]   RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] EmptyJeu 13 Sep - 15:56

La journée semblait avoir repris son calme quand soudainement on le bouscule avec la force d’un projectile. C’est tellement soudain qu’il est totalement pris par surprise. C’est vraiment quelque chose, il a de la chance de ne pas perdre l’équilibre. Il retourne son regard une minute et peut voir qu’il s’agit d’un petit enfant. Il est tout embarrassé, c’est mignon, mais en même temps on dirait qu’une partie de sa honte a déteint sur lui au moment de la percussion et Glenn rougit donc un peu. Il frotte un peu son menton et la regarde essayant de juger le personnage.

C’est un fils de noble définitivement et non pas un petit garçon pauvre qui a essayé de dissimuler un vol en le percutant. Ses vêtements son beaucoup trop beau et en plus la petite référence au concours semble définitivement le placer dans une classe d’individu qui recherche le prestige à travers le combat martial. Le garçon disait qu’il l’avait vu se battre, mais Glenn ne le reconnaissait pas, son attention n’était pas vraiment sur la foule. La petite gêne qu’il avait précédemment se remplace progressivement par un amusement notable de sa part. Ses insécurités peuvent très bien lui être utiles. Se mettre le fils de quelqu’un est toujours une bonne façon de s’attirer les sympathies de ses parents dans la mesure que l’on n’essaie pas trop d’être un parent de substitution.

- Oui, c’est moi. Je suis Sire Glenn A. Dingwall, lieutenant de la garde royale.

Il pouvait voir que son arc en bois était brisé. C’était le genre de chose qui pouvait presque lui briser le cœur. On ne peut pas vraiment réparer un arc, la seule option est de le remplacer. Glenn restait calme et contenu. Il se rapprocha du jeune enfant. Il voulait être une présence rassurante pour le petit garçon.

- Je suppose que tu voulais plus que regarder le concours, non? Tu veux que je t’aide pour ton arc?La caserne des gardes n’est pas très loin, je pourrais probablement te passer le mien ou te trouver une recharge temporaire.

Glenn savait que c’était un peu soudain de faire un tel acte de gentillesse, mais il savait à quel point un arc était précieux, il n’aurait pas voulu que ça lui soit arrivé durant sa jeunesse. Avec un peu de chance, l’urgence de la situation amènerait le jeune garçon à acquiescer. Il espérait qu’il puisse utiliser son arc sans trop de problèmes. S’il prenait quelque chose de l’inventaire, il pouvait possiblement se mettre à risque, mais en même temps il était probable que personne ne remarque qu’un arc soit disparu pendant une journée. Glenn se demanda comment les chances du jeunot pouvaient être altérées par le choix de l’arc. Le garde ne croyait pas que celui qui s’était brisé pouvait être de bonne qualité comparativement à un arc de la garde. Quoique les gardes royaux n’avaient pas nécessairement le meilleur équipement disponible. Il est souvent préférable d’investir ses propres sous pour avoir une arme qui nous est unique de la meilleure qualité possible.

- Suis-moi, si tu veux, on devrait être de retour avant que le concours commence.

Le garde commença à se retirer, la foule devenait de plus en plus dense à mesure que le début du concours commençait. Il était dans une postions un peu précaire il devait faire vite, mais en plus il devait s’assurer que son petit bonhomme ne soit pas trop loin de lui. Il s’était rendu compte qu’il n’avait pas demandé son nom, mais en même temps, il trouve que ça lui donne une image plus désintéressée.
Revenir en haut Aller en bas
Alphédor Percereth
Alphédor Percereth
CHEVALIER DE WARMINSTER
∞ Profession : Chevalier et seigneur de Warminster
∞ Printemps : 23 ans
∞ Missives : 353
∞ Début de la quête : 04/08/2012

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Empty
MessageSujet: Re: RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2]   RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] EmptyVen 14 Sep - 17:27

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Tumblr_ljiklq8iFh1qzg8hbo1_500
Les cloches retentissaient. A nouveau. Warminster était en fête. Les gitans étaient arrivés depuis toute l'Orcanie, et ils peuplaient les rues. Musique, senteurs, fumée, agitation était devenu le quotidien de la ville. J'aimais beaucoup ce genre d'ambiance. Les célébrations comme ça ont tendance à rapprocher les gens, même s'ils sont d'ordinaire divisés. Jamais vous ne verriez un Avalonnien danser avec une Chrétienne, à moins bien sûr que ce soit jour de fête. Tout le monde oubliait ses tracas, ses soucis, et effaçait les barrières pour célébrer quelque chose de plus grand. Les Trois Nuits de Samain. La fête des Fous. Beaucoup de noms, et pourtant une seule chose sur le visage des passants: un sourire.

L'hiver avait revêtit son manteau blanc, rafraîchissant considérablement les alentours de Warminster. Les torches étaient alors les bienvenues, permettant à un petit nombre de se tenir au chaud. Les gardes avaient troqué leurs peaux pour de la fourrure de plus en plus épaisse et fournie au fur et à mesure que les jours passaient. Marchant dans la rue, je décidai de me rendre jusqu'à la prochaine épreuve. J'étais resté relativement discret depuis le début des célébrations, occupé et préoccupé surtout. Le mariage de ma soeur traînait en longueur, et même si j'aurais aimé qu'elle ne soit pas mariée, je ne pouvais rien y faire. Chaque jour me faisait souffrir, rapprochant l'évidence sans que je puisse y échapper. J'en venais presque à regretter que le mariage ne se fasse pas le plus vite possible tant j'en souffrais.

Enfin, que de paroles blasphématoires! J'étais venu pour prendre part au peuple et m'amuser un petit peu. Les concours d'agilité, de danse, de chants étaient organisés, ce qui me permettrait de me divertir. Je passais dans une ruelle où je vis un gitan cracher du feu. Je m'arrêtais, stupéfait par une telle maîtrise, me demandant si c'était seulement possible de le reproduire. Si la magie existait, les gitans en étaient de fervents adeptes, c'était certain. Je reprenais bien vite ma route, rejoignant la foule entassée. Un gitan avait pris le soin de monter sur des caisses en bois pour annoncer l'épreuve suivante. Un concours de tir à l'arc. Son regard balaya la foule, encourageant les gens à venir s'y inscrire. Un peu plus loin devant moi, je vis une silhouette familière, dont le parfum me frappa en même temps que mon regard épousait ses courbes. Sa robe pâle semblait légère, et pourtant à la fois chaude. Avec un sourire moitié soulagé moitié carnassier, je m'approchais de 'épouse Southminster, arrivant derrière elle et passant une main sur sa taille avant de lui souffler dans l'oreille.

- Madame. J'espère que vous avez passé une nuit plaisante.

Je souriais. Je l'avais déjà croisée à son arrivée. Et nous avions... discuté, avant de compléter les choses d'une façon plus... intime. C'était inévitable, cela finissait toujours comme ça. C'était difficile, de se tenir éloigné d'elle, j'en avais conscience. Et dangereux aussi, je le savais. Mais la tentation était toujours aussi grande, et mon désir brûlant toujours aussi insatiable. Et puis, le meilleur moyen de résister à la tentation est d'y céder, n'est-ce pas?


Dernière édition par Alphédor Percereth le Dim 23 Sep - 9:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Erica Southminster
Erica Southminster
PRINCESSE DE SOUTHMINSTER
∞ Missives : 106
∞ Début de la quête : 18/08/2012

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Empty
MessageSujet: Re: RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2]   RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] EmptyLun 17 Sep - 17:39

    RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Tumblr_m7jkkuNDW21rblmpdo1_500
    Il faisait bon de profiter de cette ambiance festive, de s'imprégner de ces sourires, de ces élans d'affection que les gens se démontraient quand tout allait pour le mieux et que le bonheur était au rendez-vous. Je croisai le regard de petites gens, d'adorables représentants de demain pour la cour de Warminster, des fillettes avec les pommettes rougies d'avoir couru pour échapper à ces garçons, encore potelés comme des bambins, qui animaient la fête à leur façon. Une adorable créature répondant au nom de Faella, possédant un teint si richement empreint de soleil que j'en étais pantoise, d'immenses yeux noirs et une chevelure dotée de boucles indomptables qui encadraient son visage aux traits prononcés, définitivement d'ailleurs. J'en restai stoïque un temps, m'agenouillant devant elle pour balayer son visage magnifique de mes doigts si pâles en comparaison. Elle avait six, peut-être sept ans. Sa robe lui tombait sur l'épaule, définitivement trop grande pour elle, dans les tons de violacés avec un par-dessus lacé comme lorsque l'on monte à cheval, chez moi, à Southminster. Elle ne parlait pas ma langue, et ce fut une déception de ne pas comprendre ce qu'elle babillait incessamment en agitant les bras. Le brouhaha provenant des alentours et des épreuves environnantes rendaient l'exercice encore plus complexe, je me contentai donc seulement de caresser sa paume avant de la presser dans la mienne, ce qui eut pour effet d'apaiser son regard inquiet et troublé. Me redressant lentement, je remarquai une femme affolée, ivre de cette panique typique d'une mère. Je n'eus besoin d'additionner un plus un pour comprendre que l'inconscience de la petite avait eu raison de la patience et de la quiétude de sa mère. Tant bien que mal, contournant les hommes et femmes pourvus d'habits hautement colorés pour se faire remarquer à travers tous et chacun, les groupuscules d'enfants courant à travers les gens arrêtés pour observer un homme jonglé, ou encore une femme maîtrisé la manipulation de sabres effilés. D'un geste du bras, je parvins, sans trop savoir comment, à attirer l'attention de la gitane, qui se précipita pour attraper la petite et la ramener contre elle, les genoux au sol, la serrant comme si sa vie en dépendait. Mon coeur cessa de battre, et j'en vins à regretter de ne pas partager avec qui que ce soit sur cette terre une telle relation. Ses mains quittèrent momentanément sa fille pour accrocher le bout de ma robe, la voix pleine de sanglots étouffés, s'exprimant dans une langue que je ne connaissais pas, tout en pouvant deviner de quoi il en tenait. J'étais cependant incapable de prononcer quoi que ce soit, je parvins tout juste à faire reculer un homme armé qui croyait qu'une mendiante m'importunait. Troublée, retournée, le coeur en compote à travers troubadours et chevaliers, je m'en retournai à ce petit cocon à l'ombre pour observer les épreuves de tir à l'arc qui ne tarderaient pas à commencer...

    L'atmosphère teinta mon ressenti d'une attitude enjouée qui me changea les idées, m'évitant de poser inconsciemment mes mains sur un ventre désespérément vide et regretter de ne pas avoir mis au monde des enfants auxquels je tiendrais à la façon de Faella et sa propre mère. Une gamine aussi belle qu'insolente, sans doute trop innocente pour imaginer qu'une personne puisse, dans cette foule, lui faire du mal. Avais-je été, un jour, si inconsciente? J'en doutais, et cela me chagrina. Mon père m'avait si rapidement enseigné à me méfier d'autrui que j'en étais devenue à vieillir avant le temps et d'agir en dame avant qu'il me soit recommandé de le faire. Passant la main dans mes cheveux, sursautant alors qu'un cheval hennissait un peu plus loin, un souffle chaud se fit ressentir au creux de ma nuque. Une main, l'instant d'après, se déposa sur ma taille, une main que je couvris des miennes sans même le décider pour resserrer sa prise « Madame. J'espère que vous avez passé une nuit plaisante ». Il m'était impossible de confondre la proximité avec le seigneur Percereth avec un autre, rien qu'avec le rythme effréné des battements de mon coeur. Je fermai doucement les yeux de candeur, un léger sourire prenant naissance sur mes lèvres « Aussi agréable que peuvent l'être une literie trop fraîche dans un lit bien grand pour une seule personne... ». Sans me retourner, savourant plutôt la chaleur qu'irradiait du jeune homme, devinant aisément qu'il portait ses habits de jouteur plutôt que de seigneur ou chevalier, je lui retournai la question « Comment fut la vôtre, messire? »
Revenir en haut Aller en bas
Morven M. Percereth
Morven M. Percereth
HERITIER DE LYNESS
∞ Profession : Noble, héritier de l'île de Lyness
∞ Printemps : 13 ans
∞ Missives : 27
∞ Début de la quête : 29/08/2012

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Empty
MessageSujet: Re: RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2]   RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] EmptyMer 19 Sep - 16:54

Morven faisait de son mieux pour retenir ses larmes. Des larmes de honte, essentiellement. Il était arrivé dans la même journée à gâcher sa moindre chance d’honorer les Percereth, et à briser d’une même chute son arc et sa dignité. Mais peut-être que tout va pour le mieux. Peut-être que si j’avais participé à ce concours, j’aurais été tellement ridicule que tout aurait été bien pire. Sauf qu’il devait maintenant se débrouiller avec la situation que sa maladresse avait provoquée. Il maudit sa décision de partir seul affronter la vie extérieure. Si sa mère avait été là, peut-être aurait-elle trouvée une solution immédiate. Ou du moins aurait-elle réussi à le rassurer, à le consoler.

Mais il n’y avait que ce garde inconnu, ce Glenn, qui se révéla étonnamment gentil. Morven reprit espoir en entendant la proposition de l’homme, et s’autorisa même un sourire. « Si vous m’aidez à participer au tournoi, je vous en serais éternellement reconnaissant ! » ne put-il s’empêcher de s’exclamer, avant de reprendre un peu de contenance. Ce n’était pas parce qu’il parlait à un individu de rang moindre qu’il pouvait se permettre de tels éclats juvéniles. Mais Morven avait été tellement impressionné par l’adresse du garde au combat qu’il ne demandait désormais que son amitié. S’il peut me trouver un nouvel arc à temps, je pourrai essayer de gagner pour l’impressionner à mon tour, se dit-il.

Empli de cette nouvelle résolution, il suivit avec entrain le garde en tentant de ne pas le perdre à travers la foule. Cette même foule qui le regarderait tirer à l’arc – et peut-être rater la cible. Morven déglutit. Il essaya de se rassurer : il avait déjà touché le centre, après tout. Une ou deux fois. Il s’entraînait au moins une fois par semaine – s’assurant le reste du temps d’échapper à ses cours d’arme pour lire ou pêcher avec Moira. Il avait forcément progressé depuis les premières fois où il n’arrivait même pas à bander l’arc. Il pouvait le faire, au moins finir avant-dernier. Oui, il y avait toujours plus faible que soit. Mais toujours plus fort aussi… Morven connaissait la plupart des participants au concours, dont la majorité ne lui réservait aucun égard dans l’enceinte de Warminster. Et il savait qu’ils étaient plus appliqués que lui dans la pratique des arts de la guerre. Peut-être serait-il mieux que le garde ne lui trouve pas d’arc, finalement.

Mais le destin en décida autrement. Alors qu’il marchait derrière Glenn, il aperçut un facteur d’arc qui exposait ses créations en ce jour festif, à quelques pas de lui. Son regard trouva un arc parfaitement adapté à sa taille, qu’il n’aurait sûrement aucun mal à manier. Il était en bois d’if, d’après sa couleur, et décoré d’ornements inspirés par les costumes des gitans récemment arrivés en Orcanie. Morven voulut attraper sa bourse, mais l’emplacement à laquelle il la plaçait habituellement était vide. Une minute d’inattention, et ces voleurs… maugréa intérieurement le garçon. Heureusement, il était assez malin pour prévoir une poche secrète contre sa poitrine qui contenait la plupart de sa fortune personnelle. Néanmoins, elle se révéla insuffisante à payer la totalité du prix de l’arc. Il réalisa soudain qu’il n’avait pas prévenu le garde de son arrêt, mais le retrouva près de lui.

« Laissez tomber, Sire, vous parliez de la caserne des gardes ? Ce sera sûrement suffisant… Si vous souhaitez toujours m’aider, bien sûr. »

Un peu plus loin, la sonnerie d’un cor annonçait le commencement du concours de tir à l’arc junior. Il restait encore des candidats qui passaient avant Morven, mais pour combien de temps ?
Revenir en haut Aller en bas
Deirdre Blake
Deirdre Blake
BARONNE DE L'ÎLE DE LYNESS
∞ Profession : Noble
∞ Printemps : 27
∞ Missives : 408
∞ Début de la quête : 19/05/2012

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Empty
MessageSujet: Re: RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2]   RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] EmptySam 22 Sep - 18:11



La cité est en fête
RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] 676600110522053441283536sunlight RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] 761671iconouat13byMACH RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] 772005iconcamelot100byMACH RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] 7319174173383087byLILDAY

Malgré l’arrivée de l’automne le temps était relativement clément. Deirdre Blake avait connu des fin d’été pluvieuses et froides. Aujourd’hui le soleil brillait dans le ciel et le vent aurait pu être plus mordant. Pour l’occasion lady Percereth avait choisi sa robe depuis longtemps. Il s’agissait d’une robe verte brodée d’or, un cadeau de son époux. Elle avait attendu avec impatience la fête d’automne pour la porter et voir sa réaction. Il aurait sans doute été fier de l’avoir à son bras. Mais Aidan avait des affaires qui le retenaient ailleurs. Il était parti depuis plusieurs jours au grand regret des enfants. Chacun appréciait les sorties en famille et Deirdre avait espéré que cet évènement festif les réunirait. Leur relation s’était arrangée et elle portait beaucoup d’espoir quant à l’avenir de leur couple. Ils essayaient d’avoir un nouvel enfant et Deirdre prenait ce projet très au sérieux. Chaque jour elle surveillait le moindre changement et attendait anxieusement ses saignements mensuels.
Mais le moment n’était pas aux tourments. Aujourd’hui était un jour de fête. Elle sourit aux enfants qui déjeunaient avec elle.
« Morven, la ville organise un concours junior de tir à l’arc. As-tu l’intention d’y participer ?»
Son fils après quelques hésitations finit par répondre affirmativement.
« Je suis certaine que tu as toutes tes chances. Ta sœur et moi même seront ravies de t’encourager.»
Elle avait confiance dans les capacités de son fils et même si il échouait il ferait mieux la prochaine fois. Morven était un garçon courageux qui s’entraînait avec sérieux et c’était la seule chose qui comptait pour elle. Une fois le repas terminé ils se préparèrent pour la fête. Morven partit devant, seul, et Deirdre réprima un pincement au cœur. Elle n’aimait pas le savoir seul même dans une ville remplie de garde. La baronne de Lyness sortit du palais en compagnie de sa fille, d’une servante et d’un valet. Aidan n’aimait pas la savoir seule et une femme de la noblesse ne sortait jamais sans être accompagnée, il en allait de sa réputation. Deirdre n’avait aucune envie de porter préjudice à sa réputation ni à celle de sa famille. Le petit groupe se promena sur la place publique. Deirdre et Moira goûtèrent aux derniers fruits de l’été que leur présentait un marchand.
L’heure du tournois junior approchait, aussi le groupe se dirigea vers les gradins. En réalité il s’agissait de plusieurs bancs installés autour des cibles. La baronne de Lyness chercha son fils du regard mais ne l’aperçut pas.
« Ton frère devrait déjà être là.»
Elle tentait de garder son calme mais elle avait tendance à être trop protectrice envers ses enfants. Il ne devait pas être loin et il allait bientôt arriver. Aucune raison de s’alarmer. Le valet lui fit remarquer que le tournois allait commencer d’un instant à l’autre. En effet le cor retentit quand Deirdre quitta sa place pour partir à sa recherche. Elle ordonna à sa servante de rester en compagnie de sa fille et le valet la suivit à travers la foule. Il aurait certainement fallu se contenter d’envoyer le valet et d’attendre mais son instinct était trop fort. Il s’agissait de son fils que diable ! D’un pas vif et rapide, la baronne fendait la foule à la recherche de son enfant. Elle cherchait des yeux sa cape verte mais à son grand désarroi elle ne l’apercevait pas. Ils cherchèrent encore et le valet lui indiqua du doigt un garçon qui pouvait être le seigneur Morven. Deirdre regarda dans la direction que lui indiquait son domestique.
« Vous avez raison, il s’agit certainement de lui. Dépêchons nous de le rejoindre.»
En quelques pas la chose était faîte.
« Morven ! Mais où étais-tu passé? Nous t’attendions dans les gradins. Le tournois vient de commencer. Que c’est-il passé ? Rien de grave dis moi !»
Ce ne fut qu’après cette tirade que la dame de Lyness remarqua qui se tenait à côté de son fils. Son sang ne fit qu’un tour.
« Sire Glenn. Je suis soulagée de voir que mon fils était sous votre protection et je vous en remercie. Peut-être pourriez m’expliquer la raison du retard de mon fils ?»

_________________
The night is dark and full of terrors
« I met a lady in the meads, full beautiful a faery’s child, her hair was long, her foot was light, and her eyes were wild. She look’d at me as she did love, and made sweet moan. kick ass »
Revenir en haut Aller en bas
Alphédor Percereth
Alphédor Percereth
CHEVALIER DE WARMINSTER
∞ Profession : Chevalier et seigneur de Warminster
∞ Printemps : 23 ans
∞ Missives : 353
∞ Début de la quête : 04/08/2012

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Empty
MessageSujet: Re: RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2]   RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] EmptyDim 23 Sep - 10:02

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Tumblr_ljiklq8iFh1qzg8hbo1_500
« Aussi agréable que peuvent l'être une literie trop fraîche dans un lit bien grand pour une seule personne... » Sa voix me fit vibrer de la tête au pied, diffusant une vague de chaleur le long de mes muscles. Elle m'avait manqué. Son parfum enivrant, la douceur de sa peau, la finesse de ses tissus qui me faisaient mourir d'envie, les battements de son coeur. Elle avait attrapé ma main, la ramenant contre sa robe tandis que je lui soufflais dans le cou. Elle me retourna tendrement la question, et je pouvais deviner qu'elle souriait sans même la voir. Je tentais de m'éloigner un peu d'elle, et je réussis d'une certaine façon, me déplaçant légèrement sur le côté, tenant toujours sa main entre la mienne. Je caressais le dos de sa main avec mes doigts, sans presque m'en rendre compte, mais lorsque je le réalisais, je m'arrêtais. Ce jeu dangereux auquel nous jouions était encore plus dangereux en présence d'autant de populace, noble ou non. Je finis par lui répondre, sentant mon coeur redoubler de battements à chaque inspiration que je prenais. « Longue. Froide... Solitaire. » Sans même que je ne puisse les contrôler, ces mots étaient sortis. Je me râclai la gorge, me poussant pour laisser passer un homme chargé de caissons de bois. Puis je me rapprochais d'elle à nouveau, quittant son contact pour me placer à sa droite, les bras croisés. Je jaugeais d'un coup d'oeil les participants. Certains arboraient une mine tranquille, d'autres fermée. D'aucuns préféraient aller serrer des mains vers la foule, discuter entre eux, voire commencer à jauger les participants. Un homme familier apparut dans mon champ de vision. Pour peu que j'avais vu le seigneur de Southminster - il était souvent absent, à mon plus grand plaisir - cet homme ci lui ressemblait étrangement. Un léger sourire flottait sur mon visage. Sans me tourner vers Erica, je lui répondis, me sentant brûler d'un tout autre genre de désir. « Le seigneur votre mari participe-t-il à la joute? Peut-être devrait-il se ménager après tout. On dit qu'il n'est plus tout jeune. » Je ne le connaissais pas, mais j'avais déjà une sorte de profonde empathie insondable pour lui. J'ignorais tout de sa relation avec Erica, mais pour que la jeune femme ait entretenu notre relation, il fallait bien que quelque chose n'aille pas. Il n'était pas d'un aspect répugnant, mais il n'était pas pour autant agréable à voir. Un homme sonna la trompette une nouvelle fois, assurant de ce fait que la fin des inscriptions était imminente. Je m'imposais à son regard, me baissant pour prendre sa main et la baiser. « Aurais-je votre bénédiction, madame, si je participais? »
Revenir en haut Aller en bas
Erica Southminster
Erica Southminster
PRINCESSE DE SOUTHMINSTER
∞ Missives : 106
∞ Début de la quête : 18/08/2012

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Empty
MessageSujet: Re: RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2]   RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] EmptyMar 25 Sep - 0:37

    RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Tumblr_m7jkkuNDW21rblmpdo1_500
    Était-ce une faiblesse commune aux femmes de rechercher, même aux endroits les plus opportuns, la chaleur des bras d'un homme? N'était-ce que moi, trop faible pour résister à cette tentation salvatrice lorsque j'osai enfin y céder? Je l'ignorais, et cela m'effrayait et me rassurait à la fois. L'espoir qu'il s'agissait d'un mal répandu ou franchement commun me rassurait sur ma propre trahison à la promesse que j'avais faite devant Dieu de chérir et honorer mon époux jusqu'à ce que la Mort nous sépare. Était-ce vraiment respecter mes voeux que de ne me sentir à mes aises que près d'un autre? Je n'étais pas complètement stupide, et c'était bien là le problème. Si je n'étais pas aussi prompte à réfléchir à chacun de mes gestes, questionner chacune de mes décisions et de me montrer chaque fois plus troublée par mon comportement et par mon manque flagrant de tenue. On m'avait élevée en dame, et j'agissais comme une catin dès qu'il apparaissait dans mon champ de vision. Alphédor Percereth bousillait complètement la moindre de mes convictions, bousculait la muraille de valeurs et de croyances que je m'efforçais de mettre en place pour redresser ma piété et ma foi chrétienne pour qu'un jour le Seigneur m'octroie son pardon de mes très, trop nombreux péchés. Voilà que je me damnais même en pleine tourmente, laissant le chevalier caresser mes doigts des siens en ce lieu public, où le voyeurisme risquait de nous confondre tous les deux... « Longue. Froide... Solitaire ». Je mordis l'intérieur de ma joue, clignant des yeux pour m'empêcher de tourner la tête vers lui. Le regarder était délicieusement douloureux, une tourmente agréable, quoique masochiste. Plus fort que je ne pouvais l'être, il ramena ses mains à lui, ses bras sur son torse, s'efforçant de prendre place à côté, tout près. Je pus complaire mon envie de le regarder du coin de l’œil pendant près d'une minute, détournant ensuite la tête avec une légère touche de rose aux pommettes. Maudites soient ces hormones qui me font perdre la tête...

    « Le seigneur votre mari participe-t-il à la joute? Peut-être devrait-il se ménager après tout. On dit qu'il n'est plus tout jeune ». Je sursautai franchement, arquant un sourcil. Je sentais son regard me scruter, mais je me disais qu'il se devait de faire erreur. J'avais envoyé une missive par un messager quelques jours plus tôt, avant la réception donnée par le seigneur Aidan Percereth, mais je ne le crus qu'une fois avoir croiser son regard, au loin, alors qu'il soulevait son arc en signe de salutations. Je mordis alors ma lèvre inférieure suffisamment fort pour faire jaillir un liquide au goût ferreux dans ma bouche. Je ne pouvais me résoudre à détourner les yeux de la démarche militaire de monsieur mon époux à travers la foule de Warminster. Les convenances auraient voulues que je parte à sa suite pour lui accorder ma bénédiction, autant dire que j'étais trop choquée pour me mouvoir à cet instant précis « Aurais-je votre bénédiction, madame, si je participais? ». Machinalement, mon regard croisa celui brillant d'anticipation et de hardiesse du seigneur de l'endroit. Son désir de prouver sa valeur était palpable, tant bien que je retirai doucement ma paume de la proximité troublante de ses lèvres pour frôler, un bref instant, sa joue jusqu'à la naissance de sa mâchoire « Mon coeur vous souhaite avec ferveur de triompher, Alphédor, mais vous savez bien que je ne peux.. je suis... enfin, vous imaginez bien que... ». Ma lèvre inférieure tremblotait, je me sentais misérable. Jamais on ne parvenait à me déstabiliser, mais voilà que j'étais troublée comme jamais. L'appeler par son prénom, une soudaine intimité qui ne fit que me tourmenter davantage. Souhaitais-je réellement la défaite de mon mari de la main du chevalier à qui je m'étais offerte plus d'une fois, corps et âme? La réponse ne me venant pas automatiquement, je m'en retrouvai étourdie. Il n'avait pas été prévu que je puisse... que je... qu'il devienne plus qu'une étourderie de luxure. Avant qu'il ne puisse ajouter un mot, je lui adressai un bien frêle sourire « Allez gagner les faveurs des vôtres, messire, les leurs vous serons plus louable aux yeux de Dieu ».
Revenir en haut Aller en bas
Trystan MacLean
Trystan MacLean
FILS DU DUC DE ROUSSAY
∞ Profession : Noble
∞ Printemps : Douze ans
∞ Missives : 39
∞ Début de la quête : 21/09/2012

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Empty
MessageSujet: Re: RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2]   RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] EmptyMar 25 Sep - 20:06

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Tumblrm7qjhjzzbw1r4nqfuRP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Tumblrm7qjhjzzbw1r4nqfu

« Toi pousse toi ! » S’exclamait Trystan en donnant un coup de coude à son aîné de deux ans de plus que lui. Seuls les six fils du Duc de Roussay été présents en ce jour amplis de gaité, leur parents été absents pour avoir préféré rester au chevet de leur fille fiévreuse. Tiraillé entre l’envie de demeurer auprès d’elle et celle de sortir la flèche de son carquois, il n’hésita pas très longtemps. Alors que son frère aîné lui conseillait de s’entraîner avant de participer au concours, l’enfant obéit et se mit en retrait des autres en suivant les conseils de son frère. « Tiens-toi droit, plus droit que ça. Oui, maintenant regarde la cible, non pas ton frère, la cible. » Le petit dernier de la famille s’amusait à l’enquiquiner par des grimaces pour le moins perturbantes. En se pinçant les lèvres pour ne pas rire, Trystan se concentrait enfin sur son objectif et visa le premier cercle à quelques mini-mètres du coeur. Eternel insatisfait concernant le maniement d'arme, il resserra ses doigts sur son arc et sortit une seconde flèche à plumes de pans, très élégantes. « Je reste droit et je regarde la cible. » Récitait-il les mains crispées sur son arme. Alors que la fine flèche s’était propulsée dans les airs, l’un de ses frères le bouscula, déjà la nervosité du concours l’avait électrisé d’animosité, alors ses frères qui le charriaient tandis que le bout de bâton avait complétement dérivait à l’extérieur de la cible le mit hors de lui. Suite à cette action il balança son arc au sol et se jeta sur le coupable de son mauvais tir. « Tu vas me le payé ! Tu es jaloux parce que je tire mieux que toi ! » Accablait Trystan, son frère, en l’occurrence celui né juste avant lui. Les deux enfants se roulaient au sol, sous l’hilarité du petit dernier, ce n’est que quand ils commencèrent à attiser l’attention sur eux, que les deux plus grand enfants se chargèrent de les séparés.

Tandis que chacun se débattaient pour agripper l’autre, le bruit d'un cor annonçant le début du tournois fit perdre une seconde d’inattention à celui qui le maintenait contre lui afin qu’il cesse toute désinvolture, mais le petit choisit ce moment pour se délivrer de l’étreinte forcée de son grand-frère et s’empara de l’arc de celui qui avait provoqué ce remue-ménage. « Quel dommage, je crois que c’est toi qu’on appel. » Minaudait Trystan. Et effectivement, son frère, celui né juste avant lui, avait été convoqué pour jouer son tour. C’est en voyant ses yeux se plissaient de fureur, que l’enfant prit ses jambes à son cou avec l’objet convoité. Le petit dernier l’encourageait, et lui riait aux éclats en voyant son poursuivant tentait de se frayer un chemin parmi la cohue alors que lui, plus preste, se faufilait sans soucis.

Au loin, il entendait son frère proférait des menaces que même Lucifer en personne n’aurait pu mettre en œuvre, ce qui le fit s’esclaffer davantage. Alors qu’il passait devant un facteur d’arc, le petit garçon reconnu de suite Morven Percereth. Ses cheveux noirs de jais et ses iris océans, Trystan aurait pu les reconnaître parmi mille autres. Haletant, il articula ces maigres salutations « Bonjour ! Pas le temps, après ! » Et il s’enfuit, à ses trousses le marmot qu’il avait échauffé. Quand, et seulement quand il entendit un autre nom être appelé, il s’arrêta de courir et tendit l’arc à son frère. « Ça t’apprendra à m’avoir fait passer pour un débutant. » Enragé, alors que son tour pour le concours avait sauté, son aîné d’un an et demi, le poussa au sol et il tomba sur le dos contre l’herbe le sourire aux lèvres, fière d’avoir réussi son coup.

Plus tard, le premier né de la famille Maclean l’emmena de force au gradin, lui refusant l’accès au concours pour punition. « C’est injuste ! C’est sa faute, il m’a provoqué. » Renfrogné dans sa rancune, l’enfant ne daignait même plus adresser la parole à quelconque membre de sa famille les désignant tous pour coupable de son retrait du tournois. Mais sa mauvaise humeur s’estompa bien vite, alors que de vive voix il encourageait l’un de ses frère à qui c’était le tour de jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Alphédor Percereth
Alphédor Percereth
CHEVALIER DE WARMINSTER
∞ Profession : Chevalier et seigneur de Warminster
∞ Printemps : 23 ans
∞ Missives : 353
∞ Début de la quête : 04/08/2012

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Empty
MessageSujet: Re: RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2]   RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] EmptyVen 12 Oct - 16:13

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Tumblr_ljiklq8iFh1qzg8hbo1_500
L'environnement avait eu beau se rafraîchir considérablement avec l'arrivée de l'automne, la chaleur de son sourire faisait briller en moi une ardeur chaude et plaisante. Une douche tiédeur m'enveloppait chaleureusement, alors que je sentais l'excitation de participer à la joute me gagner. Ca, et sa présence à elle bien sûr. Elle me lança un regard désemparé, la commissure de ses lèvres attirant mon regard pendant un long moment. Elle détourna les yeux, vit que je ne lui mentais pas et que son mari était bel et bien là, à lever son arc, tout sourire. Le mien vint juste ensuite. C'était un concours. Et il n'y avait pas en jeu que la victoire du meilleur archer, c'était plus que ça, bien plus qu'une joute ordinaire. J'avais beau avoir du mal à me l'avouer, je mourrais d'envie de lui donner une leçon, là maintenant. J'étais possessif, je le savais, on me l'avait dit et répété. Mais je ne pouvais pas changer qui j'étais. Erica et moi, nous étions liés de toutes les façons possibles. Je ne pouvais pas simplement prétendre que la voir s'en retourner vers son époux me remplissait de joie. Fut une époque où cela ne m'atteignait pas. Mais je me rendais compte, surtout en ces instants lorsque je la voyais tiraillée entre lui moi, qu'en fait, cela me dérangeait. Doucement, insidieusement, telle une griffure qui vous gratte, qui devient rouge et qui s'infecte. Plus le temps passe et plus cette égratignure est douloureuse. Et pourtant, rien n'était en mon pouvoir pour lui enlever cette épine du pied. Alors que je prenais sa main pour lui demander sa bénédiction sous l'inspection d'un battement de coeur puissant, elle se tourna vers moi, visiblement perturbée. « Mon coeur vous souhaite avec ferveur de triompher, Alphédor, mais vous savez bien que je ne peux.. je suis... enfin, vous imaginez bien que... » L'entendre prononcer mon prénom me fit prendre brusquement conscience que nous venions de passer une autre étape. Erica était tremblante. Ce fait là la troublait-elle aussi? Je m'en rendis compte avec vitesse avant qu'elle ne se dérobe à mon contact. Je frottais mes doigts entre eux comme pour préserver sa caresse. Qu'avais-je dit? Etait-elle plus indécise que ce que je pensais? Penser qu'elle pouvait avoir une once de respect ou d'admiration pour son époux me mit brusquement en colère, et je serrais ma mâchoire pour n'en rien laisser paraître. Je me préparais à lui répondre, m'excuser, m'enquir de ce qui la bouleversait autant, mais elle me coupa dans mon élan et reprit, avec un léger sourire. « Allez gagner les faveurs des vôtres, messire, les leurs vous serons plus louable aux yeux de Dieu » Ces paroles, tout à fait promptes à couper court à toute mésentente. Je lui rendis son sourire doucement, refrénant avec violence l'envie de m'emparer de ses lèvres. Je forçais mon regard à dériver, il passa sur son cou, soutenant mon envie avec force d'y déposer des baisers et d'en mordiller la chair blanche. Je pris une inspiration pour me détourner de telles pensées impures, puis je lui glissais, à elle, rien qu'à elle seule. « Certes. Mais où serait l'amusement, là-dedans? » Je lui offris un nouveau sourire, et je me frayais un passage dans la foule pour m'inscrire jusqu'au promontoire des inscriptions. Je n'eus pas à donner mon nom, et l'on m'attribua une plaquette sur laquelle était gravée un animal brouillon. Il s'agissait d'un cerf. Je la gardais avec moi. Deux animaux seraient annoncés tour à tour pour marquer les différentes étapes du tournoi. Je me détournais, cherchant à nouveau Erica du regard. Je la trouvais en compagnie de son époux qui s'était retourné près d'elle. Je voulus y aller. Mais quelque chose me disait que ce n'était pas la chose à faire. Je n'y prêtais pas attention, et je m'avançais lentement vers eux. Je croisais le regard de l'époux Southminster, regard dur et sévère, glacial aussi, mais fatigué, peut-être même las. Je laissais un grand sourire s'afficher sur mon visage, jouant le simple noble accueillant et sans grand intérêt. Je m'approchais d'eux, saluant l'homme avec une légère révérence, et m'attardant un moment sur Erica. Le vent vint jouer avec ses cheveux, perturbant un peu mes pensées lorsque son parfum arriva vers moi, me faisant frissonner. « J'ai ouïe dire que nous allions nous affronter dans ce tournoi, messire. M'est avis que ce sera un combat fort instructif. » Il me dévisagea un instant. Je pouvais sentir comme s'il s'en était parfumé avec le matin sa possession d'Erica. Il se tenait comme si elle lui appartenait, presque méfiant, hagard. Je sentis la colère monter en moi et je serrais les poings, tentant de continuer à apparaître jovial et chaleureux. « En effet, ser Percereth. Les prix sont alléchants, j'ai cru comprendre, mais je n'en connais pas un seul. » Mon regard dériva vers celui d'Erica, ardent, brûlant de désir et fiévreux de passion. « Oui, ils le sont. »
Revenir en haut Aller en bas
Morven M. Percereth
Morven M. Percereth
HERITIER DE LYNESS
∞ Profession : Noble, héritier de l'île de Lyness
∞ Printemps : 13 ans
∞ Missives : 27
∞ Début de la quête : 29/08/2012

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Empty
MessageSujet: Re: RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2]   RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] EmptySam 13 Oct - 12:45

« Bonjour ! Pas le temps, après ! »

Morven eut à peine le temps de reconnaître la voix du jeune garçon. Trystan ! réalisa-t-il trop tard, alors que son ami disparaissait à travers la foule. Trystan va participer au tournoi… se dit-il en tentant de le suivre du regard. Il va me voir perdre. Jamais je ne pourrais rivaliser avec des adversaires comme lui ! Une impuissance rageuse s’empara de Morven. Si seulement il était aussi doué que le jeune McLean, toute sa vie serait beaucoup plus simple ! Mais la vision d’une autre personne qui approchait vers lui fit instantanément oublier ces mornes pensées.

« Maman ! s’écria-t-il en s’élançant vers la baronne.
- Morven ! Mais où étais-tu passé? Nous t’attendions dans les gradins. Le tournoi vient de commencer. Que s’est-il passé ? Rien de grave dis moi ! »

Il reprit alors conscience de tout ce qui s’était passé ces dernières minutes et baissa les yeux, ne sachant comment expliquer à Deirdre ce qui s’était produit. En interpelant sire Glenn, elle lui laissa un peu de temps pour réfléchir à sa réponse, puis une fois qu’elle eut terminé de parler avoua :

« Je suis vraiment navré, Mère. » Il la vouvoyait toujours lorsqu’il se justifiait. « Je suis tombé et ai brisé l’arc que Père m’avait offert dans ma chute… Je ne suis plus en mesure de participer au tournoi. »

Il se sentit soudainement soulagé. Finalement, rater le concours de tir à l’arc n’était pas si grave, maintenant que sa mère et sa sœur l’avaient rejoint. Il allait pouvoir admirer les candidats sans se couvrir de honte, tout en plaisantant avec Moira. Il tenta d’ignorer la pointe de honte qui le submergea : ainsi serait-il le seul jeune héritier à ne pas participer. N’était-ce pas une preuve de faiblesse, de couardise ? Il regarda sa mère pour reprendre du courage et se rassura. Regardant du coin de l’œil l’étal du marchand d’arcs devant lequel ils se tenaient toujours, Morven se dit qu’il valait mieux s’éloigner et échapper définitivement au tournoi.

« Mais ce n’est pas grave, nous pouvons rester ensemble maintenant. Si nous allions rejoindre les gradins avant que le tournoi ne se termine ? Et sire Glenn, c’était un honneur de vous rencontrer. J’espère véritablement vous revoir bientôt », ajouta-t-il en se tournant vers le garde.

Il croisa alors le regard de Moira. Il savait pertinemment qu’elle avait conscience, encore mieux que lui, tout ce qu’il ressentait, et ne put que lui lancer un sourire désolé. Sa jumelle aurait tout fait pour participer à ce tournoi, et armée de sa détermination et de son adresse, elle aurait certainement gagné. Tandis que lui s’arrangeait au contraire pour échapper à son devoir. Ce qui était rêve pour l’un était corvée pour l’autre… Quelle misère que la Déesse ne leur ait pas fait échanger leur corps dès la naissance ! Malgré tout, Moira lui rendit un sourire malicieux, signe que l’attitude de son frère la faisait plus rire qu’elle ne l’apitoyait.

Revenir en haut Aller en bas
Deirdre Blake
Deirdre Blake
BARONNE DE L'ÎLE DE LYNESS
∞ Profession : Noble
∞ Printemps : 27
∞ Missives : 408
∞ Début de la quête : 19/05/2012

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Empty
MessageSujet: Re: RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2]   RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] EmptyDim 21 Oct - 17:59


Ô que les dieux pouvaient se montrer manipulateurs. Etrange chose que le destin. Pourquoi les avait-il de nouveau réuni ? Ne souffrait-elle pas suffisamment ? Pas suffisamment semblait-il. A chaque rencontre elle se sentait plus faible, plus vulnérable, craignant à chaque instant de se trahir. Il lui fallait se ressaisir et rapidement. Morven était tout près d’elle. Il s’excusa et avoua avoir cassé son arc en tombant. Cette arme était un cadeau de son père, le baron, et désormais brisée il lui était devenu impossible de participer au tournoi. Certes il était navrant que son fils, héritier de Lyness, ne puisse concourir dans une compétition qui réunissait tous les garçons de la noblesse mais elle ne pouvait le blâmer pour un accident. Souriant à son fils elle le rassura.
« Tu es sain et sauf c’est la seule chose qui compte. Un arc est aisément remplaçable et il y aura d’autres occasions pour t’entraîner. Il serait vain et désavantageux de concourir en utilisant un arc de médiocre qualité. »
Que le marchand d’arcs ne s’offense pas de sa remarque. Mais chacun pouvait reconnaître qu’un arc de qualité se faisait en fonction de la taille et de la corpulence de son propriétaire. Cela ne pouvait se faire aussi simplement que d’acheter des couteaux de cuisine. Morven proposa de retourner ensemble dans les gradins et d’assister à la fin du tournoi, ce à quoi elle répondit d’une signe de tête. Ils se retournèrent tous deux vers le lieutenant de la garde de Warminster.
« Sire Glenn je vous remercie encore une fois d’avoir pris soin de mon fils. Veuillez nous excusez nous devons désormais prendre congé.»
Tandis qu’ils s’éloignaient, Deirdre ne pu réprimer un pincement au cœur. A nouveau elle devait s’éloigner de cet homme qui l’attirait tant. Malgré tout elle sourit aux courtisans qui la saluaient.
« Dame Percereth nous pensions ne pas avoir l’honneur de votre présence et de celle de vos enfants. Mes amis s’interrogeaient au sujet de votre fils et nous nous étonnions de ne pas le voir en compagnie des autres pages et écuyers. »
« Votre intérêt envers mon fils me fait grand plaisir, sire Frador. Fort malheureusement l’arc de mon fils s’est brisé et il ne peut assurément pas concourir sans un excellent matériel.»
« Comme cela est dommage. J’en conclus donc que nous pourrons assister aux prouesses de votre fils une prochaine fois. Madame. » sire Frador s’inclina et recula le sourire aux lèvres. La baronne l’observa s’éloigner sans cligner des yeux. Son sourire elle le réserva à son fils.
« J’ai entendu dire que les fils MacLean participaient au tournoi. Je crois savoir que tu es proche de l’un d’entre eux, non ?»
Tous deux prirent leur place dans les gradins. Deirdre interrogea du regard sa domestique qui lui fit signe que rien ne s’était produit durant son absence. Moira commençait à devenir une femme, bien que cela ne l’enchante guère, et certains seigneurs espéraient déjà obtenir sa main. Mais la baronne n’était pas décidé à laisser sa fille se marier aussi jeune. D’un regard maternel elle observa ses enfants échanger un regard complice. Elle aurait apprécié d’avoir un frère et une relation aussi privilégié que celle des jumeaux.
« Ne sois pas déçu Morven. Vois plutôt le côté positif : tu as encore plus de temps pour t’entraîner et t’améliorer. Et puisque ton père est absent Moira pourra aussi assister aux leçons. Je sais à quel point tu es plus appliqué quand ta sœur se trouve dans les parages.»

_________________
The night is dark and full of terrors
« I met a lady in the meads, full beautiful a faery’s child, her hair was long, her foot was light, and her eyes were wild. She look’d at me as she did love, and made sweet moan. kick ass »
Revenir en haut Aller en bas
Erica Southminster
Erica Southminster
PRINCESSE DE SOUTHMINSTER
∞ Missives : 106
∞ Début de la quête : 18/08/2012

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Empty
MessageSujet: Re: RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2]   RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] EmptyMar 30 Oct - 2:53

    De loin, l'homme qui était mon époux n'était que prestance et titre, ses cheveux grisonnants témoignant de son expérience de la vie autant que les quelques cicatrices qui servait à rappeler sa connaissance des champs de bataille. Il était juste envers les habitants des terres qu'il possédait, non sans prendre le temps d'y appliquer ses lois et ses termes. Dur sans être cruel, cru sans être tranchant, courtois sans nécessairement se plier aux convenances. Imposant de sa stature, légèrement fatigué par la vie qu'il a du mené de front au nom de la Couronne, il détonne d'une manière intenable avec le seigneur Percereth, un gentilhomme aux manières impeccables, avec un caractère impétueux et un charisme auquel résister est impossible. Il représente l'avenir de ce pays, et monsieur Southminster son passé. Son présent. Je ne sais plus, tout se brouille et me laisse pantoise. C'est l'odeur du seigneur Percereth dont mes narines sont pleines, en ce moment. C'est de ses caresses que mon corps se languit encore, de ses lèvres dont je rêve à l'instant... « Certes. Mais où serait l'amusement, là-dedans? » je restai complètement muette aux mots d'Alphédor, tenant le regard lointain de ce mari distant bien qu'honorable auquel j'appartenais de corps, mais depuis de nombreuses lunes, difficilement d'esprit. C'est à peine si je serais parvenue à décrire ses traits, son visage, son odeur. Tout ce qui s'impose à moi, c'est lui, ce chevalier impérieux au sens de l'humour discutable qui faisait bondir mon coeur au creux de ma poitrine chaque fois qu'il se tenait à proximité...

    « Quelle heureuse surprise de vous revoir enfin, monseigneur! ». Il se contenta d'un mince sourire et d'attraper ma main dans la sienne, l'y refermant sans retenue en m'y broyant légèrement les doigts. Retenant un gémissement, je baisse les yeux tandis qu'il me rapproche de lui, m'imposant son bras comme escorte et son torse comme appui. À l'odeur, il eut chevauché des lieux pour arriver à temps à cette compétition. Lui qui disait n'avoir rien à prouver à ces Percereth, ni à qui que ce soit ne répondant à nos allégeances politiques avait fait bien du chemin pour venir égayer cette compétition de sa présence « Messire, je vous en prie... ». La sensation désagréable dans mes doigts ne s'étant pas complètement dissipée, j'essayai de les mouvoir légèrement avant d'implorer, en pleine connaissance de cause, un contact moins rustre avec une douceur infinie. Je n'étais que douceur avec mon époux, lui qui était peu maniéré et délicat en retour... « J'ai ouïe dire que nous allions nous affronter dans ce tournoi, messire. M'est avis que ce sera un combat fort instructif ». Je m'efforçai de ne surtout pas épuiser ma volonté en caressant du regard les traits du seigneur Alphédor, me pliant plutôt aux convenances en le saluant à la façon de deux étrangers de la cour. Son regard était pourtant lourd de sens, me rendant folle d'une bonne et d'une mauvaise manière en même temps « En effet, sir Percereth. Les prix sont alléchants, j'ai cru comprendre, mais je n'en connais pas un seul ». La réponse d'Alphédor se fit intuitive, me procurant un frisson au creux de mes reins. On appela le seigneur Southminster pour une formalité administrative, qui me baisa longuement la main pour finalement me laisser en proie aux tourments de ma conscience en présence d'un éminent personnage de la bourgeoisie locale. J'approchai d'un pas, puis de deux. Passant la langue sur mes lèvres, cherchant mes mots, les choisissant soigneusement « Soyez prudent, monseigneur, car je vous veux entier et le plus loin possible de mon mari ». J'ouvris la bouche pour ajouter quelque chose, la refermai, lui adressant un sourire avant de lui tendre la main, comme le veut le protocole. Le concours allait commencer, mon mari m'appelant à sa suite afin d'obtenir le soutien des siens. C'est à se demander pourquoi mon regard se fit quand même plus insistant en direction du chevalier de ces lieux...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Empty
MessageSujet: Re: RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2]   RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

RP COMMUN ∞ La cité est en fête [intrigue n°2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Joute - Bran Cité Hiver

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KINGS OF ORKNEY :: La cour du Roi d'Orcanie :: L'enceinte du château de Warminster :: La place publique-